Franck de Lapersonne, le pitre est à venir

Libération.fr

Longtemps de gauche, ce comédien de seconds rôles passe chez Le Pen, et se présente aux législatives dans la Somme, face à Ruffin.

Gueule de l’emploi ou rôle de sa vie ? Déterminisme ou retournement de veste ? Franck de Lapersonne, visage vaguement familier de l’audiovisuel français après trois décennies à pointer sa tronche - rousse, joviale, étrange - dans de très nombreux seconds rôles comiques, est la dernière tête de gondole du Front national (FN). Option culture, ascendant gaudriole. Un ralliement aussi soudain qu’une envie de pisser. Ça lui prend pendant les fêtes de Noël, chez sa mère. Un coup de fil à Florian Philippot et un café plus tard, voilà Lapersonne, «homme de gauche qui n’a jamais voté FN», dans le premier cercle frontiste. «Le contact direct avec Marine m’a empli de joie», énonce-t-il. Depuis, le comédien est choyé. Début février, le parti lui offre une tribune où il se lâche allégrement : «Victor Hugo n’a pas appris l’arabe à l’école, ça me fait plaisir de le savoir !» Zéro remontrance. Au contraire, il a droit à une investiture aux législatives dans la Somme, face à François Ruffin. Sur YouTube, il forme une version malaisante de Laurel et Hardy avec Philippot. «Venez nous rejoindre, on se marre bien», susurre Lapersonne face caméra, sur un ton qui donne envie de composer le numéro de la Miviludes. «Pour l’instant, je suis dans le bonheur, l’aventure», dit-il, tout en proposant de faire des points d’étapes dans les mois à venir, afin de guetter si «la désillusion» arrive.

En personne, l’homme est charmant. Trop peut-être. Assis devant une boîte de chocolats entamée, il répète sans cesse «c’est sympa, c’est chouette». Il reçoit au rez-de-chaussée sombre d’une maisonnette néogothique. Murs boisés, tentures rouges et ambiance pseudo-médiévale, géographie improbable. Au cœur du IXe arrondissement, près de Pigalle, dans une ruelle privée derrière un portail en fer forgé, qu’on verrait plutôt chez Eurodisney. «C’est la maison d’un copain, un peintre, (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Chez Bourdin, Macron rend des comptes sur son patrimoine
Présidentielle: Macron et Le Pen en tête, devant Fillon et Mélenchon
Fillon «absolument convaincu d’être au second tour»
Union européenne : oui au bras de fer, mais à quel prix ?
De Vichy au colonialisme, l'anti-«repentance» systématique du Front national

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages