Sur la piste du Marsupilami (TMC) Alain Chabat : "J’aime inventer des histoires pour Jamel Debbouze"

·1 min de lecture

Vous avez consacré trois ans à ce film. D’où vous vient cette passion pour le Marsupilami ?

Alain Chabat : Avant tout, il me fait rire. Je le trouve indépendant, indomptable et très attachant. C’est une petite créature magique qui me renvoie à mon enfance. Quant au projet de film, il remonte à plus de dix ans.

Pourquoi le Marsu n’est-il pas le héros de l’histoire ?

J’ai écrit plusieurs scénarios, dont un où il avait la vedette. Puis j’ai lu une interview de Franquin (mort en 1997, ndlr). Il disait qu’il était difficile de construire une histoire avec le Marsu en personnage principal, mais que cette créature était formidable en réaction aux autres protagonistes. Je me suis inspiré de ses propos.

À lire également

Cyril Hanouna réconcilié avec Alain Chabat : il attend toujours son invitation au Burger Quiz !

Comme pour Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre, vous avez engagé Jamel Debbouze…

C’est mon ami. Sur Astérix, nous avons été frustrés de ne pas avoir de scène en commun. Nous avions envie de jouer un tandem depuis longtemps. J’aime inventer des histoires pour lui.

Jamel dit qu’il aime bien être dans votre tête. Qu’est-ce qu... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi