La piscine du président Macron fait des remous

Nathalie Schuck (@NathalieSchuck)
Le fort de Brégançon, dans le Var, est le lieu officiel de villégiature du président. Le couple Macron aimerait y installer une piscine

Après les révélations sur le bassin hors-sol que le couple Macron veut faire construire au fort de Brégançon, des élus LREM s’inquiètent d’une déconnexion du président.


Sous couvert du plus strict anonymat, l’affaire déclenche un tsunami de petites blagues jusque dans les rangs de la macronie. « La théorie du ruissellement trouve tout son sens ! », lance l’un. « Premier de cordée, premier de plongée », enchaîne un autre, goguenard.

Rire pour ne pas couler ? Les informations de nos confrères de « L’Express » sur la piscine hors-sol que le couple Macron projette de faire construire d’ici la fin juillet dans la résidence officielle du fort de Brégançon (Var) inquiètent au sein de LREM.

« La piscine, c’est un signe ostentatoire de richesse, comme une voiture cabriolet. C’est la faute de quart, la boulette ! », tacle une figure de la majorité. Qui redoute que l’opposition s’en régale : « Si j’étais à leur place, j’en ferais le Fouquet’s de Macron ». Le patron du PS, Olivier Faure, ne s’est pas fait prier, dénonçant une piscine présidentielle hors-sol… « comme sa politique ».

Un «président des riches» déconnecté ?

« Je n’ai jamais compris qu’il n’y ait pas une piscine à Brégançon ! On ne peut plus rien faire, ce n’est quand même pas une piste d’hélicoptère ! On est entré dans une ère de transparence excessive », s’agace en réponse un éminent macroniste, qui rappelle que Michel Rocard, Premier ministre, avait fait construire un terrain de tennis et une piscine à la résidence officielle de la Lanterne, près de Versailles (Yvelines).

Il faut dire que cette houleuse affaire vient appuyer sur l’image du « président des riches », accusé de déconnexion. Et ce, alors que la polémique bat son plein sur le « pognon de dingue » -selon ses mots - des aides sociales. Et au moment où l’exécutif annonce que les règles d’attribution des pensions de réversion pour les veufs et veuves seront « harmonisées », faisant craindre un coup de rabot, et que les APL (aides personnalisées au logement) (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Présidentielle : sur les ristournes, Hamon encore plus fort que Macron !
Présidentielle : Benoît Hamon, un «costard» trop grand ?
A quoi bon inscrire l’environnement dans la Constitution ?
Secret des affaires : la loi adoptée au Parlement
Académie française : Frédéric Mitterrand recalé