Piratage informatique des Hôpitaux de Paris: un homme interpellé

·1 min de lecture
Le siège de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) à Paris - OLIVIER LABAN-MATTEI © 2019 AFP
Le siège de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) à Paris - OLIVIER LABAN-MATTEI © 2019 AFP

Un homme a été interpellé dans le cadre de l'enquête sur le piratage informatique, pendant l'été, du système informatique des Hôpitaux de Paris (AP-HP) au cours duquel ont été dérobées les données de santé d'environ 1,4 million de personnes, a appris l'AFP vendredi de source policière.

Le suspect a été interpellé mercredi par les enquêteurs de la Brigade de lutte contre la cybercriminalité (BL2C) de la police judiciaire parisienne, a précisé la même source, confirmant une information du JDD.

L'AP-HP avait révélé mi-septembre le vol de ces données de personnes qui avaient effectué un test de dépistage du Covid-19 en Ile-de-France mi-2020.

Un service utilisé "de manière très ponctuelle"

Ce n'est pas le fichier national des tests de dépistage (SI-DEP) qui avait été piraté, selon l'AP-HP, mais "un service sécurisé de partage de fichiers". Il était utilisé "de manière très ponctuelle en septembre 2020" pour transmettre à l'Assurance maladie et aux agences régionales de santé (ARS) des informations "utiles au 'contact tracing'". Les données dérobées incluaient "l'identité, le numéro de sécurité sociale et les coordonnées des personnes testées", ainsi que "l'identité et les coordonnées des professionnels de santé les prenant en charge, les caractéristiques et le résultat du test réalisé", mais ne contenaient "aucune autre donnée médicale". L'AP-HP avait porté plainte auprès du procureur de Paris et la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) avait ouvert une enquête.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles