Piratées, des trottinettes électriques profèrent des propos obscènes

1 / 2

Piratées, des trottinettes électriques profèrent des propos obscènes

En Australie, un pirate s'est amusé à faire dire des phrases salaces à des trottinettes en libre service, habituellement muettes. Lime, l'opérateur concerné, a indiqué être au courant de ces agissements mais n'a pas précisé si le problème avait été résolu.

Officiellement, les trottinettes en libre-service ne parlent pas. Mais en Australie, un pirate en a décidé autrement, rapporte le site Gizmodo. Et le résultat est pour le moins étonnant. Plusieurs vidéos publiées par des internautes montrent que les trottinettes vertes de l’entreprise Lime se sont mises à proférer des propos obscènes en anglais.

Dans une séquence, on entend distinctement une voix se déclencher au moment où l'utilisateur emprunte la trottinette: "Si tu comptes chevaucher mon cul (sic), tire-moi les cheveux".

Dans une autre, relayée par le compte Twitter de la chaîne d’information 7 News Brisbane, une voix s’échappe d’une flotte de trottinettes garées sur le trottoir: "Ne m’emmenez pas, je n’aime pas être chevauchée".

Interrogé par le média local Brisbane Times, le responsable des affaires publiques de Lime pour l'État australien du Queensland a indiqué être au courant du piratage de certaines trottinettes. "Ce n’est pas intelligent, ce n’est pas drôle", a regretté Nelson Savanh.

La vulnérabilité des trottinettes 

En Australie, les débuts de Lime sont chaotiques. Il y a quelques mois, certains utilisateurs avaient été éjectés des trottinettes car les roues se verrouillaient toutes seules. Des utilisateurs suisses et néo-zélandais avaient également rencontré des problèmes de freinage involontaire. Une mise à jour logicielle a depuis corrigé le bug.  

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi