Piqûre de rappel sur la maladie de Lyme

Libération.fr
Les tiques peuvent transmettre la maladie de Lyme.

Cette semaine, le Bulletin épidémiologique hebdomadaire comme la Haute Autorité de santé se penchent sur la maladie de Lyme, en espérant donner des repères pour apaiser les conflits.

Attention, polémique assurée. En fin de semaine dernière, se sont ainsi tenues à Nantes les Journées annuelles d’infectiologie. Et de nouveau, elles ont été secouées par des manifestations d’associations de patients atteints de la maladie de Lyme. Elles étaient là, avec des banderoles violentes et accusatrices : «Stop au déni, nous avons le droit de guérir.» Ou : «Lyme : condamné par mon pays.» Voire : «On veut sortir de cet enfer.»

Dans la kyrielle de polémiques sanitaires, celle autour de cette maladie – liée à la piqûre d’une tique et appelée plus scientifiquement la borréliose de Lyme – est assurément la plus violente de ces vingt dernières années. D’un côté, il y a la quasi-totalité du monde de l’infectiologie qui reconnaît qu’il existe certes une pathologie liée à cette piqûre d’une tique, mais affirme que cette infection n’est pas très importante ; que la plupart du temps elle se soigne bien avec les antibiotiques. Et surtout, qu’il n’y a pas de forme persistante. De l’autre côté, voilà des associations furibondes qui évoquent dix fois plus de cas, pointant un scandale d’Etat où volontairement on utiliserait des tests peu fiables, laissant des milliers de malades errer, mal pris en charge et souffrant le martyre.

Le conflit est ainsi, à vif, avec des menaces à l’encontre de certains médecins. Ces jours-ci, tous les ingrédients d’un nouvel affrontement sont là. D’abord il y a eu ce congrès de Nantes avec la publication d’une étude inédite du professeur Eric Caumes, chef de service à la Pitié-Salpêtrière à Paris, qui réduit de beaucoup le nombre de cas. Voilà la publication ce mardi matin d’un numéro spécial du Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH), réalisé par l’agence Santé publique France, sur le sujet. Enfin, mercredi, les nouvelles recommandations très attendues de la (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Réforme Pénicaud : le best-of d'une semaine à l'Assemblée
Européennes : le casse-tête du casting
Quand le gouvernement remanie discrètement les lois renseignement
Amnesty appelle à l’accueil des migrants et donne les «raisons»
LR: Calmels limogée, Pécresse en embuscade, Sarkozy appelle au rassemblement