Et si les pionniers de la musique à prix libre avaient eu raison avant tout le monde?

Quitte à voir leur musique noyée dans la gratuité du streaming, certains artistes tentent une autre relation financière avec leurs fans. | Jusdevoyage via Unsplash
Quitte à voir leur musique noyée dans la gratuité du streaming, certains artistes tentent une autre relation financière avec leurs fans. | Jusdevoyage via Unsplash

Radiohead a toujours le chic pour surprendre. Le 10 octobre 2007, l'inclassable groupe britannique sort soudainement son septième album studio, In Rainbows, le premier depuis quatre ans.

Si un large public a été frappé de plein fouet par le virage musical pris avec Kid A en 2000, la claque est cette fois ressentie avant même l'écoute des nouveaux morceaux. Sur le blog du groupe, le guitariste Jonny Greenwood a annoncé dix jours plus tôt qu'In Rainbows serait vendu en version MP3 sur un site dédié, contre une somme choisie par les utilisateurs eux-mêmes, y compris zéro livre sterling.

À une période où le téléchargement illégal est monnaie courante et la consommation de musique en ligne encore à ses balbutiements, le choix de Radiohead sonne presque révolutionnaire. Beaucoup de réactions sont alors dithyrambiques, la presse y voit un acte historique, un coup audacieux, et applaudit le fait que tout le monde ait accès à l'album en même temps.

«Un coup marketing»?

Il s'agit d'une idée de génie pour certains artistes majeurs comme Bono ou Jay-Z mais rapidement, d'autres voix se montrent plus critiques. Trent Reznor, leader de Nine Inch Nails, reproche au groupe de ne pas être allé au bout du concept, d'avoir fait «un coup marketing», un «leurre» pour «promouvoir une vente de disque très traditionnelle».

D'autres comme Lily Allen ou Kim Gordon (Sonic Youth) soulignent une certaine arrogance, une situation privilégiée. Radiohead a fait un choix louable sur le principe, mais la grande majorité des artistes ne pourraient pas se permettre de faire de même: ils n'ont pas un large public fidèle pour compenser la distribution gratuite de leur musique avec de généreux dons.

À LIRE AUSSI Le streaming finira par payer

La démarche répond plus à un besoin particulier qu'à une ambition politique: au moment de l'enregistrement, les...

Lire la suite sur Slate.fr.