La pilule philosophique. À la recherche des 20 euros perdus

·2 min de lecture

Chaque semaine, Courrier international vous propose un billet qui soulève des interrogations sur notre condition moderne en s’appuyant sur des œuvres littéraires, scientifiques et, bien sûr, philosophiques. Ce samedi, l’écrivain galicien Juan Tallón se demande pourquoi l’on s’attache à chercher, encore et encore, un objet perdu.

Sánchez a perdu 20 euros. Nous l’appellerons Sánchez, car il perdait tout, à commencer par ses chaises. D’où son nom. La perte du billet a eu lieu un samedi. “Sur le coup, je ne me suis pas lancé à sa recherche, m’a raconté Sánchez quelques jours plus tard. La tranquillité avant tout.”

Moi aussi, je suis d’avis qu’il faut garder la tête froide quand on perd 20 euros, et même 200 euros. Enfin, peut-être un peu moins quand on en perd 200. Sánchez est de ceux qui croient – et moi le premier – qu’il faut laisser aux choses perdues la possibilité de réapparaître seules, peut-être en se laissant voir à l’endroit même où on les avait oubliées.

À lire aussi: La pilule philosophique. La meilleure amie de l’homme, c’est la chaise

Passé une première heure de calme, il s’est mis à retourner des affaires pour s’assurer que le billet ne se trouvait pas en dessous. Il est passé d’une pièce de son appartement à l’autre, il a ouvert des portefeuilles, des tiroirs, des placards, a tenté de se repasser mentalement tous ses allées et venues de la matinée. Il a fait les poches de tous ses manteaux. Dans un élan absurde, mais indispensable, il a fouillé les poches de la veste en jean qu’il n’utilisait plus depuis la fin du mois d’août. Au cas où.

Logiquement, j’ai vérifié dix fois que le billet n’était pas dans les poches du pantalon que j’avais sur moi.”

Pourquoi regarder tant de fois au même endroit ? Il n’a pas su l’expliquer, mais j’ai compris. Au fond, nous avons tous peur d’être des crétins finis, et nous essayons de conjurer ce spectre par l’insistance. C’est la raison pour laquelle nous regardons encore et encore. Il y a des gens qui retournent six fois au même endroit, et ce qu’ils cherchent n’y est pas. Mais, à la septième, il apparaît. Sánchez n’a

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles