Pilule Diane 35 : l'Agence du médicament suspend la vente

Environ 315 000 femmes utilisaient cette pilule ou ses génériques en France en 2012... Le directeur de l'Agence du médicament (ANSM) l'a annoncé ce mercredi matin : Diane 35 et ses génériques vont être retirés du marché. Ce traitement anti-acné, souvent prescrit comme contraceptif, serait responsable de quatre décès depuis sa commercialisation en 1987. La " procédure de suspension d'autorisation de mise sur le marché " sera effective dans trois mois, a précisé le directeur général de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), le Pr. Dominique Maraninchi. Un délai qui permettra aux patientes d'arrêter leur traitement sans précipitation. Lundi, l'ANSM avait réuni un " comité technique " pour se pencher sur les risques liés à Diane 35.Une décision conforme à la demande de Philippe EvenLa décision de l'ANSM était attendue. Invité sur RTL, lundi dernier, Dominique Maraninchi avait déjà demandé à ce que Diane 35 ne soit plus utilisé comme un contraceptif. " Cette situation a assez duré. Cela fait 25 ans que ça dure en France alors que [Diane 35] n'est pas autorisé comme contraceptif (...) C'est la responsabilité de l'Agence que de faire respecter les indications des médicaments ", avait-il expliqué. D'autres voix s'étaient élevées pour demander à ce que ce médicament soit retiré du marché. Philippe Even, doyen de l'hôpital Necker à Paris, s'est prononcé en faveur d'une interdiction pure et simple. " Les quatrièmes générations comme Diane 35 doivent être écartées du marché immédiatement sans se préoccuper de la position de la commission européenne ", avait-il tranché mardi sur Europe 1.

Retrouvez cet article sur elle.fr

Quatre décès liés à la pilule Diane 35
Marisol Touraine : " Les pilules de 3e génération doivent être l'exception, pas la règle "
Pilules de 3e et 4e génération : doit-on s'inquiéter ?
Pilules de 3e et 4e génération : 30 nouvelles plaintes en janvier

Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.