«Un emploi excessif» des pilules 3e génération?

La délivrance des pilules de 3e génération, visées par une première plainte en France, pourraient être restreintes à certains professionnels, a annoncé mardi à l’AFP le directeur général de l’Agence nationale de sécurité du médicament, qui dénonce «un emploi excessif» de ces pilules en France.

Décryptage: «Pilule, des raisons de s'inquiéter?»

L’ANSM va lancer dès mercredi une concertation à ce sujet avec les professionnels, a ajouté Dominique Maraninchi.

«Si notre mesure de mise en garde auprès des prescripteurs ne suffisait pas, il s’agirait de réserver les conditions de prescription et de délivrance (de ces pilules) pour en limiter l’utilisation, pour être sûr qu’elles ne soient utilisées qu’en deuxième recours et la réserver à des spécialistes», a-t-il expliqué.

«Ces spécialistes seraient consultés lorsque les patientes ne supporteraient pas ou auraient une contre-indication aux pilules de première ou deuxième génération», a-t-il précisé.

«C’est une mesure que nous pouvons appliquer rapidement mais qui suppose un pré-requis, de travailler avec les professionnels pour qu’il n’y ait pas de rupture d’accès» aux pilules, a-t-il dit.

L’agence du médicament a lancé plusieurs alertes dans le passé sur les risques thrombo-emboliques des pilules de troisième génération, prises aujourd’hui par 1,5 à 2 millions de femmes en France, préconisant qu’elles ne soient prescrites qu’en second recours.

«Face à la montée de l’inquiétude légitime sur les pilules, nous avons envisagé en contact direct avec le ministère de la Santé de renforcer notre dispositif d’information et de sécurité», a expliqué le directeur de l’ANSM.

Dominique Maraninchi a rappelé que l’ANSM avait lancé récemment «une mise en garde auprès de 80.000 professionnels pour qu’ils révisent à la baisse leurs prescriptions».

«Il faut que le niveau des prescriptions diminue pour que le taux d’exposition des personnes à risque diminue», a-t-il martelé.

L’ANSM veut aussi «examiner notre capacité à mener une étude de (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Pilule contraceptive : des raisons de s'inquiéter ?
La seconde jeunesse de l’éduc pop
1 193 voitures brûlées pendant le réveillon
Lagardère, son slip, sa belle-mère
Le délit de solidarité enfin supprimé
Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.