La pilule contraceptive, un frein à la libido féminine ?

puhhha/shutterstock.com

La pilule contraceptive a-t-elle un effet sur le désir féminin ? Cette administration quotidienne d’hormones peut-elle atténuer ou au contraire amplifier la libido ? Une récente étude montre un léger impact négatif. Toutefois, comme l’explique le Dr Gilbert Bou Jaoudé, sexologue à Lille, chaque cas mérite d’être étudié.

Avoir une baisse momentanée ou plus chronique de libido est pénible. En déterminer la cause n’est pas toujours aisé. Parmi les facteurs parfois soupçonnés, la pilule. Ce contraceptif oral peut-il réellement avoir un impact sur le désir féminin ? Malgré plusieurs études scientifiques, la réponse n’est pas évidente.

« Cette question fait l’objet de nombreuses controverses », souligne le Dr Gilbert Bou Jaoudé. « Longtemps, la pilule a été considérée comme libératrice de la sexualité féminine et donc de son désir. Mais plus récemment, elle a à l’inverse été l’objet de critiques concernant son impact néfaste sur le risque de thrombose notamment. »

Pilule contre placebo

Une étude récente contre placebo menée par une équipe suédoise auprès de 202 femmes pendant 3 cycles a montré un léger effet négatif de l’utilisation de la pilule sur la libido. Ainsi, environ 22% des participantes sous contraceptif hormonal oral ont rapporté une baisse du désir, contre 17% chez celles sous placebo.

Pour autant, « ces résultats ne révèlent pas un impact négatif systématique », souligne le Dr Bou Jaoudé. En réalité, plusieurs facteurs entrent en jeu. Parmi lesquels le type de pilule et la réaction individuelle de l’organisme de chacune.

Pas toutes les pilules dans le même sac

Dans de nombreuses études, « toutes les pilules sont mises dans le même sac », précise Gilbert Bou Jaoudé. Or « il est alors difficile d’évaluer l’impact de ces contraceptifs ». Par ailleurs, de nombreuses femmes prennent la pilule avant même de débuter une vie sexuelle. « Elles n’ont donc pas de point de comparaison avant/après pilule pour leur libido », ajoute-t-il. Par ailleurs, « il existe une variabilité personnelle très importante en matière de réponse individuelle à l’administration d’hormones ». En effet, « la libido féminine est le résultat d’un subtil et fragile équilibre d’hormones et de neurotransmetteurs que la moindre perturbation peut faire chuter ».

Par conséquent, il n’est pas utile d’arrêter votre pilule dès la fin de la lecture de cet article. Même si vous souffrez d’une baisse de la libido, préférez consulter votre médecin traitant, votre gynécologue ou un sexologue. Celui-ci vous guidera dans l’investigation à mener afin de démêler les raisons de ce trouble du désir.