Une pilule anti-Covid bientôt sur les étagères des pharmacies ?

·2 min de lecture

Après les vaccins, les entreprises pharmaceutiques sont sur les rangs pour développer un traitement à avaler simplement chez soi, avec un grand verre d'eau, en cas d'apparition de symptômes.

Les pharmacies compteront-elles bientôt sur leurs étagères des boîtes de médicaments anti-Covid ? Après les vaccins, les entreprises pharmaceutiques sont sur les rangs pour développer un traitement à avaler simplement chez soi, avec un grand verre d'eau, en cas d'apparition de symptômes.

Car même s'il vaut mieux prévenir que guérir, comme le dit le proverbe, savoir guérir reste crucial.

Plusieurs années seront nécessaires afin que les vaccins soient disponibles partout. Et même une fois qu'ils seront largement diffusés, certaines personnes refuseront toujours la piqûre. Enfin, un très petit nombre de personnes vaccinées tombent malgré tout malades.

Qu'est-ce qu'un antiviral ?

Des antiviraux existent déjà contre d'autres virus, par exemple le VIH responsable du sida, ou celui de la grippe (prescriptions de tamiflu).

Au début de la pandémie, les financements et la recherche se sont concentrés sur le développement des vaccins, expliquant en partie le retard pris pour mettre au point des antiviraux contre le coronavirus.

Comment fonctionnent-ils ?

"Les virus sont des petites machines, qui ont besoin de certains composants pour se répliquer", explique à l'AFP Daria Hazuda, biochimiste travaillant sur ces traitements depuis des années. "Les antiviraux sont généralement de petites molécules chimiques, développées pour interférer avec cette machinerie".

"Ils introduisent une mutation dans le virus, et lorsque cela se produit plusieurs fois, ces mutations diminuent la capacité du virus à se répliquer", résume-t-elle.

La maladie ainsi freinée, les cas graves, les hospitalisations et les décès peuvent être évités.

Les projets en cours

Deux projets sont actuellement relativement avancés, testés sur plus d'un millier de personnes (essais cliniques de "phase 3").

Le premier est celui du laboratoire pharmaceutique américain Merck, en partenariat avec la société de biotechnologies Ridgeback Biotherapeutics.

Le produit s'appelle Molnupiravir. D'abord développé contre la grippe, il a[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles