Un pilleur qui avait raflé 27 400 pièces antiques sur des sites archéologiques confondu par les douanes

franceinfo Culture avec agences
·1 min de lecture

Il disait avoir "trouvé" une partie du trésor dans son jardin. Les douanes ont réalisé l'une des plus importantes saisies d'objets archéologiques, soit un butin de 27 400 pièces d'une "valeur inestimable", amassé pendant des années par un mystérieux pilleur "du Grand Est", a appris mardi l'AFP auprès des douanes.

Une enquête, menée pendant plus d'un an par une équipe de douaniers français, en coopération avec les autorités belges et les services déconcentrés du ministère de la Culture (DRAC), a permis cette saisie record, a indiqué la direction des douanes.

Le pilleur s'était concentré sur divers sites référencés de l'Est de la France où, muni de détecteurs de métaux et d'une très solide culture scientifique archéologique, il s'était servi pendant des années, amassant cette inédite collection à des fins personnelles et mercantiles.

Deux énormes seaux pleins de pièces

L'affaire commence en septembre 2019, lorsque ce résident français en Belgique déclare avoir, en dépolluant son terrain, fait la découverte "fortuite" de 14 154 pièces de monnaie de l'époque romaine enfouies dans son verger. Selon la législation belge sur les découvertes fortuites, il pouvait espérer en devenir le propriétaire légal. Mais les autorités belges décident alors de mandater une experte.

"Il a ouvert le coffre de sa voiture et (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi