Pierre Niney, de retour au cinéma avec "Amants" : "Une scène sur deux, je dois être torse nu !"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·5 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Après le succès d'OSS 117 et Boîte noire, l'acteur revient ce mercredi 17 novembre avec le thriller érotique Amants. Il se confie sur ses projets et ses envies et analyse sa manière de construire ses personnages.

Depuis le succès de Sauver ou périr en 2018, il s'est fait discret au cinéma. Après trois ans d'absence, pendant lesquelles il a fait de brèves apparitions dans Deux moi et La Flamme, Pierre Niney est revenu en force ces derniers mois avec OSS 117 (1,6 million de spectateurs) et Boîte noire (1,1 million). Son retour s'achève ce mercredi 17 novembre avec Amants de Nicole Garcia, un thriller érotique où il endosse le rôle d'un jeune homme ténébreux tourmenté par les secrets de sa vie passée.

Après Un homme idéal et Frantz, Pierre Niney confirme avec Amants son amour pour les rôles troubles et ambigus. "J’aime bien les gens qui ne font pas ce qu’ils disent ou qui ne disent pas ce qu’ils font au cinéma, ou qui disent quelque chose et font l’inverse. Le mensonge me plaît. Dans Amants, c’est plus le poids d’une culpabilité, d’un danger qui plane. Toutes ces zones d'ombre sont intéressantes, parce qu’elles sont humaines. Dès qu’il y a de la noirceur, il y a de l’humanité."

"On ne parle que de mes cheveux dans cette interview"

Pierre Niney livre dans ce film une performance étonnante, qui témoigne de son goût pour les transformations physiques - et de la manière dont il cherche désormais à s'approprier son corps et ses cheveux pour créer à l'écran des personnages marquants. Sensation renforcée dans ce film qui exploite à fond sa cinégénie et le voit incarner un homme taiseux à l'opposé des personnages d'ordinaire très bavards qu'il incarne au cinéma.

Très soucieux de son image, Pierre Niney réfléchit beaucoup à l'apparence de ses personnages. "On a essayé plein de trucs pour Amants. Les cheveux gominés en arrière, comme j’ai au début du film, c’est un truc que j’ai trouvé au dernier moment. On avait essayé avant des trucs plus standards, comme les cheveux en avant, sur le front, sur les yeux", explique cet acteur jaloux du capital capillaire d'un Brad Pitt :

"Toutes les coupes de cheveux lui vont! C'est d’une injustice notoire. Moi, tout ne me va pas. Mais c’est ça qui est bien aussi: je peux par exemple être moche, très moche vite si on me fait une mauvaise coupe de cheveux. C’est un atout quand on est acteur."

C'est le cas notamment dans Boîte noire, thriller paranoïaque où il incarne un analyste qui va basculer dans la folie en enquêtant sur un avion écrasé. "Dans Boîte Noire, il y a des moments où je me trouve très amaigri, fébrile, les cheveux moches... Je crois qu’on ne parle que de mes cheveux dans cette interview. C’est étrange. Il faudra dire que j’ai dit ça quand même ! On a fait une interview par le prisme capillaire !"

"J'ai mis le doigt dans une spirale infernale"

Pierre Niney a de fait une approche plus physique que capillaire du métier d'acteur. C'est même une condition sine qua non de ses films : de Sauver ou Périr à Frantz en passant par OSS 117, Pierre Niney apparaît toujours torse nu à l'écran. Et Amants ne déroge pas à l'écran, comme si cela était écrit dans son contrat. "Une scène sur deux, je dois être torse nu!", s'amuse l'acteur, avant d'ajouter :

"Nicole [Garcia] a vu Sauver ou périr et là les problèmes ont commencé pour moi. J'ai mis le doigt dans une spirale infernale. Depuis, on me l'a demandé pour d’autres films. Quand c’est approprié, je m’y prête volontiers. Quand ça n’a pas lieu d’être, soit on ne me le demande pas, soit je dis que je n’en vois pas l'intérêt. Après, ça ne va pas durer longtemps. J'ai 31 ans. Ça va aller très vite. Si j’arrive à imprimer la pellicule de deux-trois films avec un corps potable je suis preneur comme ça ce sera fait. [Je pourrais] le remettre à ma femme dans dix ans."

A l'affiche en 2022 de Goliath, le nouveau thriller de Frédéric Tellier (Sauver ou périr) et de Mascarade, la nouvelle comédie de Nicolas Bedos, Pierre Niney va continuer cette alternance des genres. "Je crois que c’est comme dans la vie : je passe de l'un à l'autre de façon récurrente. Je pense que c’est juste un équilibre normal pour moi. C’est ce que je vis comme acteur. Je n’aimerais pas avoir à me passer de l’un ou de l’autre."

"J'ai envie de faire de la comédie burlesque" 

Mais cet acteur qui excelle en improvisation aimerait se consacrer davantage à la comédie loufoque et au burlesque. "J’adore la comédie. C’est trop souvent sous-coté, sous-évalué et c’est très dur à écrire. On a juste besoin de personnes qui s’y attellent avec sérieux". Il a justement plusieurs projets en tête.

"Je pense qu’il faut que je fasse un long-métrage sur Goldman, mon personnage tout doré de Casting(s). Mais tout le monde va me dire que c’est de la merde, parce que les Français, dès qu’on fait de la comédie pure à 100%, c'est ce qu'ils disent... J'ai envie de faire de la comédie burlesque. J’ai un projet justement. Il faudrait peut-être que je le fasse. Ça me chauffe. Je vais le faire, alors. Ça ou Goldman. Bon, je réfléchis!"

En attendant, il a lancé sa société de production, avec laquelle il développe un film musical, une série et une pièce de théâtre. Il prépare aussi son premier film en tant que réalisateur, Sans rire, sur un pays imaginaire où le rire est interdit. Le tournage, initialement prévu début 2021, a été "un peu retardé, mais ce n’est pas grave" : "On réécrit, on a des meilleures idées encore. Le projet est en mutation, si je puis dire. Il s’agit de lui faire prendre une nouvelle forme. Bientôt, il y aura des nouvelles…"

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Pierre Niney : ce gros vent qu'il a mis à Thomas Pesquet... alors qu'il était dans l'espace

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles