Le procès de Pierre Ménès pour agressions sexuelles renvoyé

Pierre Ménès n'est pas présent à son procès en correctionnelle pour « agression sexuelle ». Il est malade, selon son avocat.
Pierre Ménès n'est pas présent à son procès en correctionnelle pour « agression sexuelle ». Il est malade, selon son avocat.

Le procès pour « agressions sexuelles » de Pierre Ménès, qui devait comparaître ce mercredi matin devant le tribunal correctionnel de Paris, a été renvoyé mercredi par le tribunal correctionnel de Paris au 8 mars 2023.

Le journaliste sportif de 58 ans, « très malade » et hospitalisé « jusqu'en mai », « quasiment dans le coma », selon son avocat Me Arash Derambarsh, n'était pas présent au tribunal. « Dans un dossier avec zone grise à charge et à décharge, c'est à l'avantage de votre client que ce ne soit pas un dossier bâclé », a fait valoir à la défense le président du tribunal, déplorant un problème d'audiencement qui ne laissait qu'une heure pour l'étude du dossier.

Une plaignante sans plainte

Les faits remontent au 20 novembre 2021, au Parc des princes. Le PSG rencontrait le FC-Nantes. Pierre Ménès assistait au match dans une loge du stade. À la mi-temps, revenant du bar, il aurait touché la poitrine d'une hôtesse. Cette dernière a fait une déposition devant la police, mais sans porter plainte. La société qui l'emploie ne l'a pas fait davantage.

Aucune des nombreuses caméras de sécurité du PSG n'a filmé la scène. L'hôtesse, dont l'identité n'a pas été révélée, se dit néanmoins certaine que l'auteur du geste est Pierre Ménès, pour la simple raison qu'il était la seule personne présente dans le couloir lorsqu'elle s'est retournée, choquée. De son côté, Me Arash Derambarsh, avocat de Pierre Ménès – un choix déconcertant –, a annoncé qu'il allait produire des a [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles