Pierre Deladonchamps : « “Mixte”, c’est une carte postale de la France »

·1 min de lecture
Pierre Deladonchamps réalise un parcours sans faute sur tous les écrans.
Pierre Deladonchamps réalise un parcours sans faute sur tous les écrans.

Dans la série Mixte, lancée le 14 juin par Amazon Prime, Pierre Deladonchamps nous surprendrait presque. Son rôle de « surgé » un peu coincé des années 1960 passe pour l'un des plus sages de sa (déjà belle) filmographie. C'est que ce comédien, découvert en 2013 dans le sulfureux L'Inconnu du lac, a travaillé sous la direction de metteurs en scène exigeants qui lui ont souvent confié des personnages difficiles à porter. Pédophile dans Les Chatouilles d'Andréa Bescond, écrivain séropositif dans Plaire, aimer et courir vite de Christophe Honoré, soldat qui se travestit dans Nos années folles d'André Téchiné ou encore tueur psychopathe dans Vaurien de Peter Dourountzis (actuellement en salle), Pierre Deladonchamps se défend de choisir ses rôles pour soigner son image. Ce qui l'anime, à 43 ans, c'est de porter des idées fortes sur des sujets de société, sans craindre d'être étiqueté dans un genre ou dans un autre. Et c'est encore cette raison qui l'a poussé à accepter de porter les lunettes strictes du surveillant général Bellanger dans la première série franco-française d'Amazon Prime.

Le Point Pop : Dans Mixte, vous incarnez le surveillant général d'un lycée de province qui, dans les années 1960, accueille pour la première fois onze jeunes filles. Pour quelles raisons avez-vous accepté ce rôle ?

Pierre Deladonchamps : J'ai tout de suite aimé qu'il soit « empêché ». Il est assez gauche, insoupçonnable sur sa vie maritale un peu compliquée, puisqu'il a contracté [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles