"Pas un pied dedans, l'autre dehors" : pourquoi Elizabeth II reste inflexible avec Harry et Meghan

·1 min de lecture

Après l'annonce de la seconde grossesse de Meghan Markle et de l'interview exclusive faite avec son mari Harry et qui sera diffusée sur CBS le 7 mars prochain, la reine Elizabeth a pris une grande décision. Dans les prochaines semaines, elle veut demander aux Sussex d'abandonner tous les patronages qu'ils assuraient en tant que représentants de la famille royale. Alors que les parents du petit Archie se sont résignés, cette annonce a eu l'effet d'une bombe. Mais Elizabeth II reste campée sur ses positions. La reine estime qu'on ne peut pas représenter la famille royale et le Royaume-Uni et en gérer en parallèle des entreprises commerciales lucratives. Pour rappel, Meghan Markle et Harry ont signé un contrat avec Netflix et prévoient de sortir des documentaires, des longs-métrages, des émissions de télévision scénarisées et des séries pour enfants.

D'après le magazine People, Elizabeth II pense que les membres de la famille royale ne peuvent pas être "à moitié dedans, à moitié dehors", c'est-à-dire représenter la Reine et le Royaume-Uni tout en poursuivant des objectifs financiers personnels. "Il était clair pour elle dès le début qu'un rôle hybride n'est pas une option", a confié une source à nos confrères. La décision est d'autant plus difficile pour la reine qu'elle se réjouit de devenir grand-mère une nouvelle fois. "Une chose à propos de la reine est qu'elle doit gérer le fait d'être grand-mère, mais aussi comment cela affecte l'institution au sens large", a déclaré une source (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Donald et Melania Trump : un joyau de leur empire dynamité, Hillary Clinton jubile
"Il est un peu épais" : le QI du prince Harry méchamment raillé... ça fait mal !
"Moi, je ne suis pas un mou" : Eric Dupond-Moretti ironise après le débat Darmanin/Le Pen
Flashback - Elizabeth II : le destin tragique (et méconnu) de son oncle John, mort à 13 ans
Jean-Pierre Pernaut, sa fille Lou simule un cambriolage : cette blague qui ne passe pas