Le piège africain de Macron

·2 min de lecture

Dans un ouvrage publié aux Editions Fayard, deux journalistes en pointe sur les dossiers africains Antoine Glaser et Pascal Airault mettent le président Macron au défi du bilan de ses promesses. 

« Sortir de la Françafrique » : tout un programme! Quand le candidat Emmanuel Macron lance ce slogan à Marseille en avril 2017, il ne sait pas ce qui l’attend. Dans "Le piège africain de Macron" (Ed. Fayard), les journalistes Antoine Glaser et Pascal Airault énumèrent les écueils contre lesquels le chef de l’Etat s’est heurté en voulant écrire « un nouveau récit national » avec l’Afrique. Du Mali, où il a tenté de sortir le président IBK de sa léthargie à la Cote d’Ivoire où il n’a pas su convaincre le président Ouattara de ne pas se présenter pour un troisième mandat, en passant par le franc CFA qu’il a tenté d’abolir. Tournant le dos au « pré-carré », Macron a tendu la main à l’Afrique anglophone. Sa grand opération séduction au Nigéria, où il a fait son stage en 2002, n’a pas convaincu les grands patrons de se tourner vers l’hexagone. Le richissime Aliko Dangote a même refusé deux invitations à l’Élysée. Même scénario en Afrique du Sud, où ses efforts n’ont su redresser la part de marché de la France qui s’est réduite de 3% en 2010 à 2,2% en 2018. Comme le souligne les auteurs, deux spécialistes bien connus de l’Afrique, « sur ce continent, chaque ancienne puissance coloniale a du mal à sortir de son pré carré. Les milieux d’affaires sud-africains sont plus tournés vers Big Ben que vers la tour Eiffel. Et les clins d’œil appuyés de l’Élysée vers quelques milliardaires sud-africains tels que Patrice Motsepe, philanthrope, propriétaire de mines d’or et beau-frère du président sud-africain Cyril Ramaphosa, n’ont pas, jusqu’à présent, reçu l’écho espéré ».

"

"Faire changer le regard sur l'Afrique sur nous et de nous sur l'Afrique, c'est très long et très ingrat, dit Emmanuel Macron, car les résultats ne sont pas(...)


Lire la suite sur Paris Match