La phytothérapie contre les troubles anxieux

© Angelo Rosa, pixabay.com

L’aubépine est spécifique des palpitations et des anxiétés nocturnes avec insomnie. « Elle favorise une mise au repos du système nerveux et du rythme cardiaque. » La valériane « est recommandée aux personnes qui ruminent ». Si la prise au long cours est possible (aubépine, valériane), il est préférable de recourir à un professionnel pour établir une bonne posologie.

D’autres plantes peuvent compléter l’action de ce duo gagnant, comme la fleur d’oranger relaxante. On peut les prendre notamment en tisanes ou en gélules. « Sous forme d’huiles essentielles, les effets de la camomille romaine ou de l’orange amère (petit grain bigarade), parade à l’anxiété, sont amplifiés », ajoute Aude Maillard, pour qui 2-3 gouttes appliquées au creux des poignets agissent efficacement.

Contre la dépression, on utilise aussi le millepertuis. Au Moyen Age, il chassait les mauvais esprits et autres troubles psychologiques. « Son principe actif antidépresseur serait l’hyperforine, responsable aussi d’effets indésirables dus aux interactions avec certains médicaments, d’où la prudence à son encontre », explique Aude Maillard.

Plusieurs méta-analyses ont conclu que l’extrait de millepertuis est plus efficace qu’un placebo et qu’il l’est autant que les antidépresseurs de synthèse tout en provoquant moins d’effets secondaires que ces derniers. Il est considéré comme un médicament et prescrit sur ordonnance pour les dépressions légères.

Ça peut aussi vous intéresser :

Connaissez-vous la méditation de pleine (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Les bienfaits de l'optimisme sur l'organisme
Les meilleures techniques pour préserver et stimuler sa mémoire
Cinq choses à savoir sur la dengue
Câlinothérapie : découvrez la thérapie par les câlins !
Alimentation : pourquoi n'arrive-t-on pas à résister à la tentation ?