PHOTOS - Vanessa Demouy : elle n'a (presque) pas changé depuis ses débuts !

·1 min de lecture

Le temps qui passe n'a presque pas d'impact sur Vanessa Demouy. Avant de se glisser dans la peau de Rose Latour dans Demain nous appartient et son spin-off Ici tout commence sur TF1, rôle auquel elle est fidèle depuis 2018, l'actrice aurait pu s'orienter vers un tout autre parcours dans la mode. Sans doute inspirée par sa mère Catherine, ex-mannequin et directrice de sa propre agence, la comédienne s'est elle-même lancée dans le mannequinat, devenant l'égérie de la marque de lingerie Aubade. Ce n'est finalement qu'en 1993 que la télévision lui a ouvert ses portes, lorsque son quotidien lui permet de décrocher le rôle de Linda dans la série Classe mannequin.

Dans ce feuilleton, dont elle a chanté le générique, créé par Brigitte Sabban, Vanessa Demouy a pu donner la réplique Jean-Pierre Baxter, Olivier Carreras, Anne-Charlotte Pontabry, plus connue alors sous le sobriquet de Cachou, et Thomas Jouannet. Des débuts chaotiques à en croire ses souvenirs qui lui ont tout de même apporté ses premières heures de gloire. Sa silhouette lui vaut quelques apparitions dans les colonnes de plusieurs magazines dont VSD et Entrevue puis en couverture de Newlook, à la fin des années 1990. Le clap de fin de Classe Mannequin, en dépit de ses deux suites Cœurs Caraïbes (1995) et Aventures Caraïbes (1996), marque cependant quelques années de creux. Mais après des premiers pas dans la musique peu concluants - ses deux albums sont passés inaperçus - elle a renoué avec le succès sur les planches au début (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Que devient Ismaël Emelien, le conseiller qui a donné du fil à retordre à Brigitte Macron ?
VIDEO - Affaire Grégory Villemin : ses parents "n'ont jamais lâché" et gardent espoir
Le "mariage de Meghan Markle et Harry ne durera pas" : ce sondage dévastateur pour le couple
Marie-France Pisier en guerre avec Olivier Duhamel : le jour où elle a confronté son meilleur ami Jean Veil
"Toutes les vies n'ont pas le même prix" : chez Apolline de Malherbe, François de Closets lance un pavé dans la mare