Photos de pénis : le guide des bonnes pratiques

Seules 14 % des femmes déclarant avoir déjà reçu l'un de ces clichés coquins, réclamé ou non, ont trouvé cela

Il n'y a pas que l'ancien candidat à la mairie de Paris, Benjamin Griveaux… En février 2018, un sondage de l'institut YouGov auquel ont participé 2.121 hommes et 1.738 femmes britanniques, tous âgés de 18 à 36 ans, a montré que 46 % des femmes interrogées avaient déjà reçu une photo de pénis – 53 % pour les 18-24 ans, 36 % des 31-36 ans. Côté masculin, seuls 22 % des "millenials" britanniques interrogés confiaient s'adonner à cette pratique. Qu'on soit "émetteur" ou "récepteur" de ces images, voilà tout de même quelques conseils pour protéger un minimum son intimité en ligne.

Lire aussi Benjamin Griveaux, le sordide épilogue d’une campagne cauchemardesque

Précisons que 89 % des femmes ayant reçu l'une de ces fameuses "dick pics" n'avaient rien demandé. Autrement dit, 41 % des femmes de 18 à 36 ans interrogées ont déjà reçu une photo à caractère sexuel sans avoir donné leur consentement pour. Rappelons donc, à toute fin utile, qu'envoyer une photo de pénis non sollicitée peut-être assimilé à un acte d’exhibitionnisme, passible d’un an d’emprisonnement et de 15.000 euros d’amende selon l’article 232-22 du Code pénal.

"Sexy" ? Pas pour tout le monde

Il reste bien sûr des amatrices, mais elles sont très minoritaires : 11 % des femmes interrogées déclarent avoir demandé de recevoir une photo de ce genre – leur souhait étant exaucé dans 94 % des cas. Seules 14 % des femmes déclarant avoir déjà reçu l'un de ces clichés coquins, réclamé ou non, ont trouvé cela "sexy". En comparaison, 58 % d'entre elles ont trouvé cet acte "


Lire la suite