PHOTOS - Jean Castex, Edouard Philippe, Eric Dupond-Moretti... quand ils étaient jeunes

·1 min de lecture

Les personnalités politiques n'ont pas toujours été tirées à quatre épingles. Lorsqu'ils étaient plus jeunes, certains membres du gouvernement, à l'instar de Jean Castex, Éric Dupond-Moretti ou Jean-Michel Blanquer, n'ont pas toujours eu un sens de la mode très prononcé. Entre les coupes "mulet" pour les uns et les costumes mal taillés pour autres, certains ont appris à travailler leur style au fil des années. À leurs débuts en politique, l'actuel Premier ministre et le ministre de l'Éducation nationale ont souvent misé sur des vestes un peu trop larges pour leur carrure. Les chemises, quant à elles, étaient souvent trop colorées ou trop rayées. En prenant de l'âge, la plupart d'entre eux a troqué les couleurs et les motifs pour des chemises plus sobres.

Capillairement parlant, là encore, certains politiques, hommes ou femmes, ont fait du chemin. À l'époque de ses années lycées, durant lesquelles il a rencontré sa femme Brigitte, Emmanuel Macron arborait une chevelure épaisse et décoiffée, qui faisait sans doute aussi son charme. Dans les années 1970, lorsqu'il était encore étudiant à la faculté de droit de l'université Paris-X Nanterre, Nicolas Sarkozy avait lui aussi les cheveux plus longs. Pour autant, la fameuse vague ondulante - qu'il a toujours aujourd'hui - était déjà présente.

Qu'en est-il des femmes politiques ? Lorsqu'elles étaient plus jeunes, Roselyne Bachelot et Ségolène Royal étaient visiblement déjà adeptes des tenues vives et colorées. Rachida Dati, elle, arborait (...)

Lire la suite sur le site de GALA

PHOTO - Albert de Monaco, Charlène et leurs enfants radieux : ils peignent leurs oeufs de Pâques
Édouard Philippe : même sa fille lui parle de sa barbe !
PHOTOS - Ingrid Chauvin, Claire Keim, Anne-Elisabeth Lemoine... leurs histoires d'amour oubliées
Patrick Juvet « s’est brûlé les ailes » : les mots émouvants de Jean-Michel Jarre
Edouard Philippe : ces propos d’Emmanuel Macron « qui griffent son orgueil »