PHOTOS - Couple mythique : Françoise Hardy et Jacques Dutronc

·1 min de lecture

Âgés de 77 ans, Françoise Hardy ayant soufflé ses bougies le 17 janvier 2021, ces deux idoles ont tourné la page de leurs années folles. Seulement, entre 1967 et 1987, la chanteuse a vécu une romance peu commune avec Jacques Dutronc. Tromperies, fausse couche, gloire : entre eux, tout a commencé par la musique. L'interprète de Mon amie la Rose fait la connaissance du rockeur chez son directeur artistique, un jour de l'année 1965. Elle a alors 23 ans, a déjà des tubes à son actif et elle vient de rompre avec le célèbre photographe Jean-Marie Périer, dont elle reste proche. À l'époque, Jacques Dutronc a 25 ans et est en passe de devenir le chanteur en vogue qui rendra toutes les jeunes filles hystériques avec son titre Et moi, et moi, et moi. Le coup de foudre a eu lieu sur le tard.

Françoise Hardy, dont Bob Dylan a été éperdument amoureux, n'avait d'abord pas d'œil pour ce "garçon affreux, qui avait des lunettes avec des verres de myope très épais et qui, en plus, était plein de boutons", comme elle se le rappelait dans les colonnes du Parisien. Elle le recroise quelque temps après et son regard est quelque peu changé. "Je l'ai retrouvé quand je faisais de la scène (…) Il était pas mal, là, il commençait à être bien, blond, les yeux." Mais si elle prend les devants en lui demandant d'être son guitariste, la relation a bien du mal à se concrétiser. "Nous avons quand même mis presque un an avant de faire un premier pas", se souvenait-elle sur les ondes de France Inter en 2018, "j'avais (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Diana et John John Kennedy : leur rencontre secrète entre séduction et méfiance
PHOTO - Christine Kelly dévoile un cliché attendrissant et nostalgique avec sa fille Lea
Le saviez-vous ? Kate Middleton a réconcilié William et Charles avec beaucoup de tact et de patience
VIDÉO - "Vous pensez que Poutine c'est un Hitler ?" : accrochage entre Gérard Depardieu et Claire Chazal
Roi de Thaïlande : entre ses filles et sa maîtresse, c’est la guerre froide