La photojournaliste indienne Sanna Irshad Matto empêchée de se rendre en France

REUTERS - DANISH ISMAIL

Nouvelle illustration du durcissement du contrôle de l’information dans la région du Cachemire en Inde, la photojournaliste indienne Sanna Irshad Matto, distinguée par le prix Pulitzer pour ses photos, a été interdite de prendre l’avion pour la France. Comme elle, de nombreux journalistes ayant travaillé sur le Cachemire sont interdits de quitter le territoire.

Avec notre correspondant à Bangalore, Côme Bastin

Elle devait décoller ce samedi pour participer au lancement d’un livre à Paris et à une exposition photo dont elle était lauréate dans la ville d’Arles. Mais une fois à l'aéroport de New Delhi, les forces de sécurité l’ont empêchée d’embarquer sans explications.

Sanna Irshad Matto a gagné en mai 2022 le prix Pulitzer pour sa couverture du Covid-19 aux côtés de Danish Siddiqui, autre photojournaliste indien tué en Afghanistan. Son visa pour la France était en règle. La journaliste a immédiatement tweeté après l’incident. « Je devais me rendre de Delhi à Paris aujourd'hui pour le lancement d'un livre et une exposition de photographies. Je suis l'un des 10 lauréats de la bourse Serendipity Arles 2020. Malgré l'obtention d'un visa français, j'ai été arrêté au bureau de l'immigration de l'aéroport de Delhi », a-t-elle écrit.

La liberté de la presse très restreinte

C’est son travail sur le Cachemire, ce territoire disputé sous administration indienne où elle réside, qui lui aura valu de ne pas pouvoir rejoindre la France. Sanna Irshad Matto documente la vie quotidienne des habitants et les tensions religieuses et militaires dans cet État pour l’agence de presse internationale Reuters. Depuis que le gouvernement de Narendra Modi a supprimé l’autonomie du Cachemire, à majorité musulmane,le travail d’information y est devenu extrêmement difficile.

Selon plusieurs sources, Sanna Irshad Matto ferait partie d’une liste de journalistes qui n’ont plus le droit de se rendre à l’étranger. L’Union des journalistes indiens a condamné cette arrestation et demandé au gouvernement de faire la lumière sur cette liste.

► À lire aussi : Cachemire indien: la police arrête un journaliste d'investigation accusé de «sédition»

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles