Photographie : l'héritage des Séeberger, photographes d'antan

À l'Hôtel de Sully à Paris, dans le temps, toutes les stars vennaient prendre la pose : Marlène Dietrich, Christian Dior, Buster Keaton, Maurice Chevalier, et même Jean Cocteau, à l'aise et cigarette à la bouche. Brigitte Bardot, encore inconnue et brune, y est aussi passée. Tous ces clichés, tombés dans l'oubli, ressortent de leurs boîtes pour une future exposition. Elle est dédiée à deux frères, Jean et Albert Séeberger, famille depuis 1890, qui ont capturé le tout-Paris d'époque. Capsule temporelle En 1977, les Séeberger décident de vendre cette collection à l'État Français, ne voulant pas la voir éparpillée à l'étranger. Michèle, fille d'Albert, possède encore des appareils d'époque. Son grand-père, Louis, a photographié les inondations de Paris en 1910. Il a croisé Charlie Chaplin à Biarritz. Ils ont toujours vécu leur art en toute modestie. "Ils étaient très modestes", assure leur petite-fille. "C'était les règles de l'art, la recherche du parfait."