Un photographe de l'agence Reuters tué en Afghanistan

·3 min de lecture
Hommage à Danish Siddiqui, un photographe indien de Reuters, tué en Afghanistan, à Calcutta le 16 juillet 2021

Danish Siddiqui, un photographe de Reuters lauréat du prix Pulitzer, a été tué vendredi en Afghanistan, où il couvrait des combats entre les forces de sécurité afghanes et les talibans à proximité d'un poste-frontière avec le Pakistan, a rapporté l'agence de presse.

Les forces de sécurité afghanes tentaient vendredi de reprendre la localité stratégique de Spin Boldak (sud), tombée mercredi aux mains des talibans, quand M. Siddiqui et un haut gradé afghan ont été tués par des tirs talibans, a indiqué à Reuters un commandant de l'armée afghane.

M. Siddiqui, 38 ans, de nationalité indienne, accompagnait depuis le début de la semaine les forces de sécurité afghanes près de Kandahar, la grande ville du Sud de l'Afghanistan.

"Nous cherchons de toute urgence plus d'informations et travaillons avec les autorités de la région", ont déclaré dans un communiqué le président, Michael Friedenberg, et la rédactrice-en-chef, Alessandra Galloni, de Reuters.

"Danish était un journaliste exceptionnel, un mari et un père dévoué, et un collègue très apprécié. Nos pensées vont à sa famille en ces moments terribles", ont-il ajouté.

Le photographe avait annoncé un peu plus tôt vendredi à Reuters avoir été blessé à un bras. Il était soigné et récupérait quand des combattants talibans qui faisaient retraite de Spin Boldak sont tombés sur le lieu où il se trouvait, selon le commandant cité par Reuters.

L'agence a précisé ne pas être en mesure de vérifier indépendamment ces affirmations.

Danish Siddiqui faisait partie d'une équipe qui avait obtenu en 2018 le prix Pulitzer dans la catégorie "Photographie magazine", pour sa couverture de la crise des réfugiés Rohingya.

Il travaillait depuis 2010 pour Reuters et avait couvert les guerres en Afghanistan et en Irak, la crise des Rohingya, les manifestations à Hong Kong ou des tremblements de terre au Népal.

L'Afghanistan est depuis longtemps l'un des pays les plus dangereux au monde pour les journalistes.

Dans le classement 2021 de la liberté de la presse publié par Reporters sans frontières (RSF), l'Afghanistan occupe la 122e place sur 180.

Plusieurs journalistes ou employés de presse, dont des femmes, ont été tués dans des attaques ciblées depuis que Washington et les talibans ont conclu en février 2020 un accord ouvrant la voie au départ des troupes étrangères du pays.

Plusieurs présentateurs, reporters ou pigistes ont été abattus, souvent aux heures de pointe du trafic routier, à Kaboul ou dans d'autres villes, et des dizaines ont été menacés.

Ces attaques ciblées ont été imputées aux talibans par les autorités, même si le groupe État islamique n'en a revendiqué que certaines.

En 2020, au moins 7 journalistes et employés de médias ont été tués et 18 blessés en Afghanistan, selon le Comité pour la protection des journalistes afghans (AJSC).

En mai, l'AJSC avait annoncé que près d'un millier de membres des médias avaient quitté ou perdu leur emploi dans les six mois précédents.

bur-fox-jds/cyb/ia

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles