PHOTO - Steve Jobs : pourquoi sa fille Eve fait tant parler

·1 min de lecture

Eve Jobs pourrait devenir aussi célèbre que son défunt père, pour une toute autre raison. La plus jeune fille de Steve Jobs, créateur de la marque Apple, a bien grandi. Le mannequin de 22 ans sort avec le chanteur Harry Hudson et ils viennent d'officialiser leur relation sur Instagram. Le jeune couple a partagé des tendres clichés sur leur compte respectif et une chose est sûre, c'est qu'ils respirent le bonheur. Alors que la jeune femme passionnée d'équitation a inscrit une adorable légende pour dévoiler son amour au grand jour : "Team" accompagné d'un émoji en cœur, le chanteur a quant à lui commenté : "Forever as f—", (ndlr : Pour toujours comme F—).

Eve est la dernière fille de Steve Jobs et Laurene Powell. Cette cavalière expérimentée s'est également lancée dans une carrière de mannequin. Elle est par exemple le visage de la campagne publicitaire de Noël de Glossier. De son côté, Harry Hudson est un chanteur de 27 ans. Il a démarré très jeune dans le milieu musical, mais a malheureusement dû mettre sa carrière en suspens après que des médecins lui ont diagnostiqué un lymphome de Hodgkin à l’âge de 20 ans. Il est également connu pour être un ami proche de la famille Kardashian-Jenner. Harry Hudson a d'ailleurs fait des apparitions dans L'incroyable famille Kardashian, la télé-réalité du clan Kardashian, qui ne possède pas moins de vingt saisons à son compteur. Grâce à cette relation, Eve Jobs pourrait devenir la nouvelle it-girl à suivre.

Visionnaire et innovateur, Steve Jobs (...)

Lire la suite sur le site de GALA

PHOTO - "Tu es parti au bon moment" : le clin d'œil de Michael Douglas à son père Kirk Douglas
PHOTO - Shy'm maman : un allaitement où "tout va bien"
Catherine Hiegel et Richard Berry, une relation difficile et violente : « Il m’a toujours fait peur »
"Une idée moyenâgeuse" : Gérald Kierzek ne veut pas entendre parler d'un 3e confinement
Laurent Maistret émouvant sur le combat de sa mère contre le cancer « entre espoir et désespoir »