PHOTO Stéphane Plaza pose avec son frère et lui adresse un tendre message

·1 min de lecture

Rien ne résiste à Stéphane Plaza. Même la vaisselle et le mobilier diront les mauvaises langues qui s'amusent de la légendaire maladresse de l'animateur star de M6. On ne compte plus ses accidents de tournage, chutes, entailles... De quoi sidérer sa décoratrice Sophie Ferjani qui ne sait plus à quel saint se vouer pour échapper à une nouvelle catastrophe. C'est à la dyspraxie, - un trouble neurologique qui affecte la communication entre le cerveau et le corps - que Stéphane Plaza doit ce côté Gaston Lagaffe qui le rend si irrésistible aux yeux du public. "Maladresse, dyslexie, difficulté à maîtriser sa force et à faire ses lacets (ceux-là sont chez moi), organisation, rangement, repérage dans le temps compliqué et difficulté à faire sa toilette tout seul entre autres... mais grande créativité !", avait-il détaillé parmi les inconvénients de ce trouble dont Johnny Hallyday et Albert Einstein - excusez du peu - étaient également atteint. Un trouble que l'agent ne cache pas et qui ne l'empêche nullement de se réaliser. Il est sur tous les fronts, en tournage avec M6, aux Grosses têtes sur RTL, en agence au contact de ses clients et il lance même un nouveau magazine bimestriel, Bienvenue chez vous by Stéphane Plaza.

Mais même fourmillant de projets le trublion de la télé n'en oublie pas l'essentiel, la famille. En ce mardi 4 mai, il a dévoilé en story sur son compte Instagram, une photographie sur laquelle il pose tout sourire avec son frère Olivier, de trois ans son aîné. Un frère (...)

Lire la suite sur le site de Voici

Michel Sardou infidèle : il révèle comment il a quitté son ex-femme pour Anne-Marie Périer
VIDEO Line Papin : comme Marc Lavoine l'a aidée à faire face à son passé douloureux
Vincent (Koh-Lanta, Les Armes Secrètes) en couple avec un célèbre influenceur ? Il répond !
Philippe Etchebest : cet élément de son domicile qui a scandalisé des internautes
Claude Chirac se lance en politique : la fille de Jacques Chirac marche dans les pas de son père