Photo et sciences à Toulouse : grand dévoilement d’affinités électives

La "Résidence 1+2 Photographie & Sciences", festival dont Sciences et Avenir - La Recherche est partenaire, permet chaque année à chercheurs et artistes de tisser des liens créatifs. Les œuvres issues de ce programme sont présentées à Toulouse jusqu’au 27 novembre 2022.

Sciences et photographie unies dans un parcours artistique : l’idée est fertile ! Elle éclaire des affinités enracinées dans l’histoire, qui émergent aujourd’hui de façon protéiforme, réinventées et portées par un fourmillement de projets. Si le binôme art/science sous-tend désormais de nombreuses créations - littéraires, théâtrales, plasticiennes - inspirées par autant de disciplines de recherche - astrophysique, climatologie, biologie ou neurosciences - le programme culturel Résidence 1+2 Photographie & Sciences, inauguré à Toulouse en 2015 et soutenu par Sciences et Avenir - La Recherche, s’en est emparé en pionnier.

Une édition où il est beaucoup question d'eau...

Son initiateur et directeur, le toulousain Philippe Guionie, a fait le pari d’encourager trois photographes à partager un temps de travail en résidence dans sa ville, et de leur faciliter l’accès aux ressources scientifiques de tout un territoire - grâce notamment à l’implication du CNRS, de l’Observatoire Midi-Pyrénées, ou de la Cité de l’Espace - afin que des liens actifs se tissent entre chercheurs et artistes. Pour que les connaissances des uns irriguent le projet des autres, que la curiosité et le rêve deviennent substrat et dynamique partagés.

Et ça marche. Dans l’édition 2022, dont la restitution artistique est visible à la Chapelle des Cordeliers de Toulouse jusqu’au 27 novembre*, il est beaucoup question d’eau : d’algues bretonnes et d’eaux douces, de crues ravageuses dans le Minervois, de zones humides dans la Confluence Garonne Ariège. Mais aussi, de cosmologie…

Expérimentation CNRS Toulouse des algues cyanobactéries phormidium automnale sur le tirage d’une image d’archive de la baie de Saint-Brieuc envahie par les algues vertes, 2022 Crédit : © Alice Pallot/Résidence 1+2 2022
Expérimentation CNRS Toulouse des algues cyanobactéries phormidium automnale sur le tirage d’une image d’archive de la baie de Saint-Brieuc envahie par les algues vertes, 2022 Crédit : © Alice Pallot/Résidence 1+2 2022

© Alice Pallot_Expérimentation CNRS Toulouse. Algues cyanobactéries phormidium automnale en croissance sur le tirage d’une image d’archive de la baie de Saint-Brieuc envahie par les algues vertes, 2022

Alice Pallot, intéressée par les conséquences souvent néfastes de l’action des humains sur la nature, avait imaginé se focaliser sur la toxicité induite par la putréfaction des algues qui prolifèrent en Bretagne, mais la rencontre a[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi