PHOTO René Malleville quitte TPMP : le tendre message d’Isabelle Morini-Bosc

·1 min de lecture

Trop c’est trop pour René Malleville. Le célèbre chroniqueur de Touche pas à mon poste a décidé de quitter l’émission présentée par Cyril Hanouna ce jeudi 19 novembre. La veille, il avait dû supporter les plaisanteries de Jean-Michel Maire et de Benjamin Castaldi, alors qu’il tentait de prendre la défense de Didier Raoult. Lassé d’être la cible des moqueries, René Malleville a fondu en larmes sur le plateau de TPMP le 19 novembre, et a expliqué sa décision de quitter le programme. “J'ai beaucoup discuté avec ma famille. Avec ma femme, on a discuté jusqu'à 2 heures du matin, elle pleurait comme une madeleine. Ça fait 53 ans que je suis marié à une femme adorable. C'est la reine de mon essaim familial. De voir ma femme, comme ça, que j’ai connue à quinze ans… La voir pleurer comme ça, j'ai pas supporté”, a confirmé le chroniqueur, qui est arrivé il y a seulement deux mois dans la bande de Cyril Hanouna.

S’il a accepté les excuses publiques de Benjamin Castaldi et de Jean-Michel Maire, René Malleville assure ne plus supporter le “bizutage” qu’il subit depuis son arrivée dans TPMP. Déclarant quitter l’émission avec “beaucoup de regrets”, le chroniqueur a décidé de “rester calme, de ne pas insulter, de rester digne et de faire honneur aux Marseillais”. Un départ qui a évidemment causé pas mal de réactions sur les réseaux sociaux, où les internautes sont nombreux à prendre la défense du chroniqueur marseillais. Isabelle Morini-Bosc, qui était assise à ses côtés dans TPMP, a partagé un (...)

Lire la suite sur le site de Voici

Stéphane Plaza va-t-il habiter avec Karine Le Marchand ? Il déménage de son appartement
PHOTO Clara Morgane nue dans son lit, elle rend un hommage sexy à Marilyn Monroe
VIDEO "Vous avez le droit de m'humilier" : Nicolas Bedos s'agace face à Anne Sinclair
PHOTO Mathieu Johann (Star Academy) fou amoureux, il dévoile le visage de sa nouvelle chérie Badia
PHOTO Vincent Cassel : « choqué » par une décision du gouvernement, il pousse un coup de gueule