PHOTO Moundir en convalescence et toujours sous oxygène : il filme la machine qui l'aide à respirer

·1 min de lecture

Moundir revient de très loin ! Après avoir été testé positif à la Covid-19, l'ancien candidat de Koh-Lanta en a développé une forme grave qui a nécessité son hospitalisation fin mars dernier. Depuis, ses fans n'ont cessé de s'inquiéter pour son sort. Seule son épouse Inès relayait les informations relatives à l'évolution de sa maladie, dans ses posts Instagram. Moundir était en effet dans l'incapacité de communiquer avec son cher public, comme il en a l'habitude de le faire. "Il est hospitalisé actuellement, il reçoit tous les soins nécessaires pour le soigner contre la Covid. Il est sous oxygène. Il est très courageux, il revient de très très loin. Il ne lâche rien, c'est sa nature il ne lâchera jamais rien", expliquait Inès en story lors de son admission à l'hôpital.

La mère de ses trois enfants a vécu des moments de terribles doutes, jusqu'à l'annonce du jour tant attendu où elle a su que Moundir était enfin tiré d'affaire ! "Tu es un exemple de force, de détermination et de courage mon amour ! Ça y est le plus dur est passé ! Merci mon dieu ! Merci pour vos prières, votre soutien, vos messages ! Moundir is Back ! Je t'aime !", publiait-elle le 30 mars dernier. Depuis cette date, l'ancien aventurier est toujours placé sous oxygène et entame un long processus de guérison.

Le papa de Aliya, Ali et Aya s'est exprimé pour la première fois depuis cette terrible épreuve le 1er avril dernier. "Je m'étais fait une raison à accepter ma mort après que mes poumons ont été touchés à 80% (...)

Lire la suite sur le site de Voici

Doctor Who : mort de l'actrice Amii Lowndes à l'âge de 29 ans
PHOTO Carla Moreau en couverture d’un prestigieux magazine : ses abonnés valident
Pierre-Jean Chalençon accusé d’organiser des dîners clandestins au palais Vivienne, il répond
PHOTO Clara Morgane : toujours plus sexy, elle dévoile ses magnifiques courbes vêtue d'un seul harnais de cuir
Bernard Tapie et sa femme agressés à leur domicile : ce que cherchaient les cambrioleurs