PHOTO Mort du prince Philip : sa dernière apparition auprès de la reine Elizabeth II

·1 min de lecture

Les Britanniques pleurent leur prince consort ce vendredi 9 avril. A l’âge de 99 ans, le prince Philip a rendu son dernier souffle, comme l’a annoncé le palais du Buckingham dans un communiqué. “C'est avec une profonde tristesse que Sa Majesté la Reine annonce le décès de son mari bien-aimé. Son altesse royale est décédée paisiblement ce matin au château de Windsor. D'autres annonces seront faites en temps voulu. La famille royale se joint aux personnes du monde entier pour pleurer sa perte”, a déclaré le palais royal. Depuis l’annonce de la mort du prince Philip, les Britanniques partagent leur peine sur les réseaux sociaux. Ils sont nombreux à s’être donné rendez-vous devant le palais de Buckingham pour rendre hommage à l’époux de la reine Elizabeth II. Si Kate Middleton et le prince William ont été les premiers à poster un hommage pour le duc d’Edimbourg sur les réseaux sociaux, le reste de la famille royale est muré dans le silence.

Peut-être attendent-ils le feu vert de la reine Elizabeth II, qui a malheureusement été privée de son époux pendant plusieurs semaines lors de son hospitalisation pour une opération cardiaque en février. Une épreuve d’autant plus difficile pour la grand-mère des princes Harry et William, qui ferme l’un des plus beaux chapitres de sa vie : celui de 73 années de mariage avec Philip Mountbatten Windsor. Le 20 novembre 1947, à l’abbaye de Westminster, Elizabeth et le prince Philip de Grèce et de Danemark se sont mariés. Chaque année depuis, le couple (...)

Lire la suite sur le site de Voici

VIDEO Mort du prince Philip : cette épreuve supplémentaire imposée aux Britanniques après la mort du mari d'Elizabeth II
Mort du rappeur américain DMX à l'âge de 50 ans
Fanny Skalli : l'ex de Florent Manaudou est devenue maman, découvrez la réaction de Laure Manaudou
Mort du prince Philip : pourquoi ses quatre enfants ne portent pas le nom Mountbatten
Mort du prince Philip : ces liaisons supposées qu’Elizabeth II « acceptait »