Cette photo d'un Français remporte le grand prix Wildlife Photographer of the Year

·3 min de lecture
Laurent Ballesta est le premier Français à remporter le prix le plus prestigieux du concours de photographie animalière. (Photo: Laurent Ballesta)
Laurent Ballesta est le premier Français à remporter le prix le plus prestigieux du concours de photographie animalière. (Photo: Laurent Ballesta)

PHOTOGRAPHIE - Une consécration. Ce lundi 12 octobre était décerné le prestigieux Wildlife Photographer of the Year, concours annuel de photographie animalière. Organisé conjointement par le Musée d’histoire naturelle de Londres et la BBC Wildlife, plus de 50.000 candidats professionnels et amateurs de 95 pays y participaient.

Grande première dans l’histoire de la compétition lancée en 1964, c’est un Français, Laurent Ballesta, qui a reçu le grand prix du jury de cette édition 2021. Son cliché, pris dans le lagon de Fakarava en Polynésie française et visible en tête d’article, montre une femelle mérou entourée de mâles en partie camouflés par un nuage d’oeufs fécondés, donnant ainsi lieu à une scène d’une rare beauté.

“L’image est surprenante, énergique, intrigante, et possède une beauté provenant d’un autre monde. Elle capture également un moment magique - une création de vie vraiment explosive - laissant la fin de l’exode des œufs suspendue un instant comme un point d’interrogation symbolique”, s’est enthousiasmée Rosamund Kidman Cox, présidente du jury.

Ce spectacle offert par ce poisson carnassier lors de la fécondation est d’autant plus étonnant qu’il n’est visible qu’une fois par an, en juillet durant la pleine lune, raconte le Musée d’histoire naturelle de Londres sur son site. Et d’expliquer: “Cette saison des amours est éphémère, ne dure qu’une heure sous la pleine lune et avec une marée descendante”.

Éveiller les consciences

Cela fait cinq ans que Laurent Bastella et son équipe plongent dans les eaux de Fakarava pour ne pas rater ce spectacle féérique. “Nous avons plongé plus de 3000 heures pour saisir ce moment si particulier”, a confié le photographe à la BBC. “Le vrai secret de cette photo, c’est la persévérance, c’est de continuer, chaque année, d’essayer d’être là au bon moment”, a-t-il ajouté pour Paris Match.

Avec ce cliché, il espère éveiller les consciences sur la nécessité de préserver les espaces riches en biodiversité. “Je ne crois pas que l’on puisse protéger des choses que l’on ne connaît pas. Il faut faire connaître ces lieux”, a-t-il livré au magazine. Et de conclure: “Cet endroit très particulier qu’est la passe sud de Fakarava est protégé, surveillé et classé zone de ‘Programme sur l’Homme et la biosphère’ par l’Unesco. Ce n’est pas un hasard si on y trouve un phénomène extraordinaire”.

Par ailleurs, le Français ne s’est pas contenté de remporter le prix le plus prestigieux de cette édition 2021, puisqu’il est également parvenu à classer cinq de ses photographies parmi les 100 plus belles photos de nature de l’année.

En tout, 19 clichés ont été distingués durant le concours selon les catégories. Le HuffPost vous propose d’en découvrir certains dans le diaporama ci-dessous.

À voir également sur Le HuffPost: Les tableaux de ce peintre sont aussi réalistes que des photos

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles