PHOTO - Albert et Charlène de Monaco renouent avec la tradition après une photo de Noël déjantée

·1 min de lecture

Le prince Albert II et Charlène de Monaco ont passé les fêtes de Noël en famille. À cette occasion, la princesse Charlène a posté des photos complètement déjantées sur Instagram. On aperçoit le prince Albert comme jamais on ne l'a vu auparavant : en pyjama et avec des crocs aux pieds. Sur un autre cliché, il apparaît avec ses enfants, portant un bonnet de Noël sur la tête et des lunettes loufoques sur les yeux. Pour le réveillon de la Saint-Sylvestre, le couple princier a mis de côté la folie du 25 décembre et a joué une carte plus classique.

Comme tout chef d'État, le prince Albert II a transmis ses vœux pour la nouvelle année. Pour l'occasion, il était vêtu d'un costume bleu nuit, d'une chemise blanche et d'une cravate bleu clair. À la fin de son message, qui a été diffusé en vidéo sur les réseaux sociaux du palais de Monaco, la princesse Charlène a rejoint son mari pour souhaiter une bonne année à tous les Monégasques. Elle portait un chemisier blanc et une jupe tailleur gris foncé, ainsi qu'une boucle d'oreille pendante sur son oreille gauche.

La sobriété de la mise en scène des vœux princiers allait de pair avec le ton solennel du message, qui portait principalement sur la crise sanitaire. « Les dommages de cette épidémie ne s’arrêtent pas à la situation sanitaire. Tous les secteurs sont fragilisés et ce, pour plusieurs années », a déclaré le prince Albert II. Bien qu'étant une principauté enclavée et peuplée d'environ 39.000 habitants, Monaco n'a pas été épargné par l'épidémie (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Robert Hossein : la mort de sa fiancée dans un accident de voiture, le drame de sa vie
Le saviez-vous ? Nicolas Sarkozy a confié son chien en pension à la fin de son mandat
Emmanuel Macron « n’est pas content du tout » sur la vaccination
VIDÉO - Olivier Véran « va assumer combien de temps ? » : le Dr Martin Blachier agacé chez Laurence Ferrari
PHOTOS - Deva Cassel, Jenaye Noah... Ces "filles de" dont on n'a pas fini d'entendre parler