Phobie scolaire : Aurélie Valognes signe un roman optimiste

Le jeune Gustave a une sœur écrasante, bonne élève et qui fait son intéressante. Lui a des difficultés, tombe sur le pire instituteur de son école et il y va la boule au ventre. "Il y a énormément de vécu", admet Aurélie Valognes, auteure du livre Né sous une bonne étoile. "Il y a beaucoup de souffrance derrière. Mon frère a une scolarité très difficile. Il s’est arraché les cheveux sur ses devoirs avec ma mère tous les soirs. Il a été catalogué de cancre alors qu’il travaillait beaucoup plus que moi", poursuit-elle. "Les professeurs disaient qu'il était fainéant et ça me blessait d’entendre cela. Malheureusement, l’enfant finit par y croire à force de l'entendre dire par des adultes", raconte la romancière. Peur pour son fils "J’ai cru revivre cette expérience l’année dernière avec mon fils aîné quand il est rentré au CP et qu'on m'a dit dès le premier jour qu'il était lent. Alors, j’avais envie d’écrire ce roman optimiste parce que j’avais une grande pensée pour tous ces élèves qui pensent ne pas avoir leur place à l’école", explique Aurélie Valognes sur franceinfo mercredi 24 juin. Des "associations de professeurs travaillent à une école plus inclusive pour les élèves qui ont des besoins particuliers. Je donne un grand cri d’amour pour les profs à travers ce livre", conclut-elle, impatiente de voir l'école de demain.