"Phobie administrative" de Thomas Thévenoud : un an de prison avec sursis requis

France 2
"Phobie administrative" de Thomas Thévenoud : un an de prison avec sursis requis

Habitué du palais Bourbon, le député

Thomas Thévenoud semble découvrir le palais de Justice de Paris où il est jugé pour fraude fiscale ce mercredi 19 avril. En 2012, il ne déclare pas ses impôts. Quatre autres années, il remplit sa déclaration en retard. Il s'était défendu en invoquant une "phobie administrative". Aujourd'hui, il se justifie : "C'était mon mode de fonctionnement. J'ai essayé de revenir plusieurs fois dans les clous. J'ai essayé de me corriger".

"Il y a une part d'irrationnel, d'incompréhensible"

Élu député en 2012, il fait alors partie de ceux qui défendent la République exemplaire voulue par François Hollande. Il demandait en janvier 2014 "le renforcement des sanctions pénales pour ceux qui fraudent, ceux qui ne fournissent pas leur devoir fiscal". Nommé en août 2014 secrétaire d' État, Thomas Thévenoud est obligé de démissionner neuf jours plus tard. "Il y a une part d'irrationnel, d'incompréhensible. Je cherche toujours l'explication", dit-il à la barre. Ce soir, le procureur a requis contre lui un an de prison avec sursis et cinq ans d'inéligibilité.

Retrouvez cet article sur Francetv info

Le brief politique. Macron s'essaie au démarchage par téléphone, Le Pen à Dalida
À son procès, Thomas Thévenoud reconnaît que la "phobie administrative" était "une expression maladroite"
En baisse dans les sondages, Marine Le Pen revient aux fondamentaux
A 60% derrière Hollande en 2012, les habitants du Chastang n'ont "pas la moindre idée du candidat pour qui voter"
Présidentielle : pourquoi Marine Le Pen a fait une campagne en demi-teinte

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages