Phishing, virus informatiques, vols de données sensibles : le télétravail a-t-il fait de nous des bombes à retardement pour nos entreprises ?

franceinfo, Ludovic Pauchant

Ce soir-là, Claude, a soigneusement fermé ordinateur et tiroir, pris son manteau et salué ses collègues. Puis s’est engouffrée dans sa voiture. Arrivée chez elle dans la banlieue de Montpellier, elle a refermé la porte d’entrée, s’est lavée les mains soigneusement, a verrouillé les fenêtres, condamnant au moins en pensée l’accès aux courants d’air peut-être infectés par le coronavirus qui tue, dans le froid, dehors. Comme des centaines de milliers de Français, après l’annonce du confinement ce 17 mars, Claude va poursuivre son activité en télétravail. Son employeur lui a indiqué de rester chez elle.

>> Retrouvez les dernières informations sur le déconfinement dans notre direct

Le lendemain matin, elle s’est servi un café, s’est installée devant son laptop professionnel et s’est connectée à Internet via la box familiale. Et, sans le savoir, elle a laissé une porte béante à une armée anonyme de hackers malveillants. Derrière d’autres tasses de café, parfois à l’autre bout du monde, sans postillons mais masqués, au moins virtuellement, ils ont pénétré les serveurs de son entreprise, pillé ses données, parfois sensibles, pour les revendre sur un marché parallèle ou pour rançonner son entreprise. Avec en sus, (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi