Philo au bac: la tentation de la copie blanche inquiète les syndicats

·3 min de lecture

Les Terminales vont-ils être tentés de rendre copie blanche à l'épreuve de philosophie du bac ? La note à l'examen sera retenue uniquement si elle est supérieure à celle du contrôle continu, ce qui ouvre la voie à des calculs opportunistes, déplorent les syndicats des enseignants.

Le ministère de l'Education nationale a éclairci mercredi les règles de notation de l'épreuve écrite de philosophie du baccalauréat 2021, chamboulé par la pandémie.

Pour cette matière, c'est la meilleure note qui sera retenue, entre celle obtenue à l'épreuve le 17 juin et celle du contrôle continu.

Cette adaptation avait été annoncée début mai par le ministre Jean-Michel Blanquer, afin de tenir compte des conséquences de la crise sanitaire.

"Depuis cette annonce, les profs de philo sont un peu désabusés, car ils vont se retrouver à corriger des copies qui seront pour la plupart bâclées", confie Sophie Vénétitay, secrétaire générale adjointe du Snes-FSU, premier syndicat du secondaire, qui aurait plutôt préféré que les sujets soient aménagés.

Pour bénéficier de cette règle, le candidat devra obligatoirement se rendre à l'examen. "Si un élève ne se rend pas à l'épreuve, sans justificatif, c'est zéro, et il n'y a pas de possibilité de recours au contrôle continu", a indiqué mercredi lors d'une conférence de presse Edouard Geffray, le directeur général de l'enseignement scolaire (Dgesco), numéro deux du ministère.

Sécher l'épreuve serait prendre "un risque que je crois inconsidéré par rapport à son avenir" car "je rappelle que cette note figure sur le relevé de notes, qui doit parfois être produit dans une vie ultérieure à l'appui de son diplôme", a-t-il insisté.

En revanche, si un élève se présente à l'épreuve, reste dans la salle d'examen pendant la durée légale d'une heure et rend une copie blanche, il bénéficiera à la place de sa note de contrôle continu.

- "Travailler pour rien" -

"Moi, je n'ai pas une assez bonne moyenne de contrôle continu (10/20) pour me permettre de rendre copie blanche. Alors je vais y aller et je vais tenter de gratter le maximum de points en plus", commente Tobie, lycéen en Terminale à Fontainebleau (Seine-et-Marne).

"Ce qui est très rassurant, c'est que je sais déjà que j'aurai 10/20 au minimum", ajoute le jeune homme de 17 ans.

Sofiane, en Terminale à Mantes-la-Jolie (Yvelines), se sent également plus "serein" grâce à cette règle de notation pour l'épreuve de philo. "Se préparer, s'exercer, c'est toujours bénéfique, je serai dans les révisions", assure l'élève de 18 ans. Cette adaptation lui "permet d'être moins sous pression" et "de se concentrer davantage sur le grand oral", une épreuve plus "floue" et plus "stressante" à ses yeux.

Obliger les élèves à se rendre à l'examen pour bénéficier de cette mesure d'ajustement sur les notes ne change pas vraiment la donne pour les enseignants.

"Les élèves satisfaits de leurs notes au contrôle continu risquent de ne pas s'investir dans l'épreuve, il y aura sans doute des copies avec peu ou pas de contenu", relève Claire Krepper, du syndicat SE-Unsa, qui plaidait pour le contrôle continu intégral.

Les professeurs de philosophie "craignent de passer énormément de temps à corriger pour que peu de notes soient finalement retenues, ils ont le sentiment très désagréable de devoir travailler pour rien", complète-t-elle.

Le ministère a par ailleurs précisé que si un élève ne peut se rendre à l'épreuve pour un cas de force majeure (Covid, hospitalisation, etc.), il pourra bénéficier de sa note de contrôle continu ou choisir de se rendre à la session de rattrapage de septembre.

Pour ce premier bac de la réforme instaurée par Jean-Michel Blanquer, perturbé par la crise sanitaire, le contrôle continu représentera au minimum 82% de la note finale de l'examen, l'épreuve écrite de philosophie et celle du grand oral correspondant aux 18% restants.

asm-vac/ito/bma