Aux Philippines, le nombre de cas d’infections par le VIH a presque doublé en un an

Aux Philippines, le nombre de cas d’infections par le VIH a presque doublé cette année et près de la moitié des nouveaux contaminés sont des jeunes âgés de 15 à 24 ans, selon le ministère de la Santé, repris par le quotidien Philippine Daily Inquirer.

Le ministre de la Santé, Teodoro Herbosa, a déclaré que les infections par le VIH ont augmenté, pour atteindre environ 50 nouveaux cas par jour, contre une moyenne quotidienne de 22 l’année dernière. Selon lui, un nouveau sous-variant du virus expliquerait cette augmentation.

“Cela s’est déjà produit auparavant. Nous le détectons seulement maintenant parce que nous étions focalisés sur le Covid.”

En 2022, un groupe de chercheurs a découvert qu’un nouveau variant du VIH appelé sous-type B, rappelle Philippine Daily Inquirer, pouvait provoquer une infection plus grave et que les personnes touchées par cette souche pouvaient avoir “une charge virale moyenne environ quatre fois supérieure à ce qu’on note habituellement”, selon le Programme commun des Nations unies sur le VIH/sida (Onusida).

Selon l’Onusida, les Philippines connaissent l’une des épidémies de sida à la croissance la plus rapide du monde, depuis 1984. En 2017, le ministère de la Santé avait déclaré l’épidémie urgence nationale en raison de l’augmentation rapide du nombre de cas.

Le ministère de la Santé vise à développer des actions avec le ministère de l’Éducation afin de diffuser une plus grande information auprès du public jeune, explique le Philippine Daily Inquirer.

Manque d’informations

Selon une étude réalisée en 2021 par l’université des Philippines, le pourcentage de jeunes Philippins conscients des risques du VIH est tombé à son niveau le plus bas depuis 1994.

Cette étude sur la fertilité et la sexualité des jeunes adultes estime que 76 % des jeunes Philippins âgés de 15 à 24 ans ont entendu parler du VIH et/ou du sida. Une baisse de 19 points de pourcentage par rapport à 1994, année où le taux de sensibilisation s’élevait à 95 %.

Plus de la moitié (52 %) des jeunes pense à tort qu’une personne peut contracter le VIH en partageant de la nourriture avec une personne infectée. En outre, quelque 35 % des jeunes ne croient pas non plus à l’utilité du préservatif pour réduire les risques d’infection par le VIH. D’ailleurs, l’enquête souligne le faible taux d’utilisation du préservatif lors des relations sexuelles.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :