Aux Philippines, des inondations mortelles le week-end de Noël

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

INTERNATIONAL - Les pluies ont fait des ravages… 81 000 personnes ont fui leur maison aux Philippines, après que le pays de 110 millions d’habitants a été touché par d’importantes inondations le week-end de Noël. Au moins 25 personnes sont mortes et des dizaines sont portées disparues selon le dernier bilan des autorités communiqué ce mercredi 28 décembre.

Après une semaine de fortes pluies saisonnières dans les régions du sud et de l’est de l’archipel, les villages et autoroutes n’ont pas résisté. Comme vous pouvez le voir sur la vidéo en tête de cet article, l’eau a pénétré massivement dans de nombreux bâtiments.

Une région fréquemment victime de catastrophes

« Les eaux sont montées jusqu’au niveau de la poitrine dans certaines zones », a déclaré un agent de la protection civile, depuis la ville de Gingoog. Quatre décès, dont trois par noyade, ont été signalés dans les villes voisines de Jimenez et Tudela, dans le sud du pays. Deux autres personnes, dont une petite fille, se sont noyées à l’Est du pays, ont indiqué les autorités de la défense civile. Par ailleurs, deux membres d’équipage ont été tués dans le naufrage de leur bateau de pêche, sous l’effet des vents violents et d’importantes vagues.

Le centre et le sud des Philippines sont fortement exposés aux catastrophes naturelles. En octobre par exemple, la violente tempête tropicale Nalgae avait provoqué des glissements de terrain et des inondations partout dans le pays.

Les Philippines sont classées parmi les pays les plus vulnérables face aux effets du changement climatique, en raison des cyclones fréquents et de l’activité volcanique. Les scientifiques préviennent que les tempêtes deviendront de plus en plus puissantes à mesure que la planète se réchauffe.

À voir également sur Le HuffPost :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Lire aussi