Philippines : pas d’état de catastrophe naturelle après le passage de Nalgae

PHOTO STR/AFP

Près de 100 personnes sont mortes aux Philippines avec le passage, à partir du 28 octobre, de la tempête tropicale Nalgae (baptisée Paeng dans le pays) à travers l’archipel. Pour autant, le président, Ferdinand Marcos Jr., estime qu’il n’est pas utile de déclarer l’état de calamité sur tout le territoire pour une durée d’un an. Une recommandation pourtant faite par le Conseil national de réduction et de gestion des risques de catastrophes.

“Je ne pense pas que cela soit nécessaire, a expliqué le président, note le site Rappler. C’est la conclusion que je tire de mes échanges avec le ministère de l’Environnement et des Ressources naturelles. Ils disent que les dommages sont très localisés.”

Une déclaration faite lors de sa visite dans la ville de Noveleta, dans la province de Cavite, au sud de Manille. Cette province fait partie des plus touchées, avec le reste de la région de Calabarzon, ainsi que les Visayas occidentales et la région musulmane autonome de Bangsamoro, dans le sud de l’archipel.

Outre les vents violents, des pluies torrentielles ont fait gonfler les rivières, provoquant des inondations. La déforestation et le manque de dragage des cours d’eau sont notamment en cause, détaille le Philippine Daily Inquirer.

Une nouvelle tempête arrive

Plus de 500 000 familles, soit près de 2 millions de personnes, ont été touchées. Les dégâts sur les infrastructures sont estimés à plus de 13 millions d’euros, le coût des maisons détruites, à plus de 215 000 euros, tandis que les dommages causés à l’agriculture sont évalués à plus de 7 millions d’euros.

Le président Marcos a jugé qu’il n’était pas nécessaire d’aller au-delà des mesures déjà prises. “Déclarer l’état de catastrophe dans une certaine zone permet aux autorités d’avoir accès à des fonds spécifiques pour ce type de situation. Une telle déclaration gèle également les prix des biens ordinaires”, détaille Rappler.

Une nouvelle dépression tropicale baptisée Queenie devrait atteindre le pays dans les heures qui viennent.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :