Philippe répond "Venezuela" à une députée insoumise qui l'attaque sur la pauvreté

ASSEMBLÉE NATIONALE - Lors des questions au gouvernement ce mardi 22 octobre à l’Assemblée nationale, la députée insoumise Mathilde Panot a vigoureusement interpellé Édouard Philippe sur le thème de la pauvreté.

”(...) Si vous saviez ce que vivre dans la pauvreté veut dire, vous n’auriez pas réprimé avec une violence de bourgeois apeurés le mouvement des gilets jaunes”, a notamment lancé la vice-présidente du groupe parlementaire LFI à l’Assemblée à l’attention du Premier ministre. “Plus de neuf millions de pauvres en France, et vous osez supprimer l’Observatoire national de la pauvreté”.

“De plus en plus de personnes n’arrivent même plus à manger trois fois par jour, mais la ministre Pénicaud (la ministre du Travail, NDLR) gagne 62.000 euros par an avec votre réforme de l’ISF”, poursuit-elle un peu plus tard.

“Quand allez-vous redistribuer les richesses? Regardez ce qui se passe au Chili, au Liban, en Algérie et ce qui monte dans le peuple de France; nous ne vous laisserons pas tranquille!”, conclut la députée après deux minutes de parole.

La réponse d’Édouard Philippe, elle, n’a pas duré plus de dix secondes, comme on peut l’entendre dans la vidéo en tête d’article: “J’ai bien entendu votre question pleine de nuances et de précisions: je voulais vous confirmer qu’en effet vous et nous étions déterminés à ce que la France ne devienne jamais le Venezuela.”

La députée LFI Danièle Obono a commenté dans la foulée sur Twitter la réponse du Premier ministre, qualifié de “1er sinistre de la Macronie”:

Les contradictions insoumises

La référence du Premier ministre au Venezuela renvoie aux contradictions à propos du pays...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post