« HEC Paris est perçue comme une porte d'entrée vers l'Afrique »

Propos recueillis par Malick Diawara
·1 min de lecture
À Paris ET en Afrique, HEC Paris assure sa présence à travers diverses formations. Ici, à Abidjan, le lancer d'écharpes après la remise des certificats CAP 2020.
À Paris ET en Afrique, HEC Paris assure sa présence à travers diverses formations. Ici, à Abidjan, le lancer d'écharpes après la remise des certificats CAP 2020.

La fulgurante évolution économique vécue par l'Afrique ces vingt dernières années n'a pas échappé à HEC Paris, grande école française créée en 1881 à Paris et installée à Jouy-en-Josas depuis 1964. Branchée sur le continent pour la formation autant initiale que continue, en direction d'étudiants, d'acteurs publics ou privés, HEC Paris a pris le parti de s'imprégner des nouvelles réalités de l'Afrique pour proposer des programmes plus pertinents sur le fond et sur la forme. Au regard de toutes les dynamiques qui travaillent le continent, politiques, économiques, sociales, culturelles mais aussi entrepreneuriales et numériques, la tâche est loin d'être aisée. Comment HEC Paris s'y prend-elle pour délivrer une formation utile à l'Afrique et accompagner les acteurs locaux et internationaux dans les entreprises et administrations publiques ? Réponse de Philippe Oster, son directeur des affaires internationales.

Lire aussi U7+ : les universités françaises et étrangères veulent peser dans le débat mondial

Le Point Afrique : En quoi est-il pertinent d'être présent en Afrique aujourd'hui ?

Philippe Oster : L'éducation et la formation font partie des priorités de transformation du continent africain. La formation de dirigeants visionnaires, engagés et responsables ainsi que le développement d'un écosystème entrepreneurial fort sont des facteurs clés pour la réussite de cette transformation.

Pour Philippe Oster, directeur des Affaires internationales de HEC Paris, "le c [...] Lire la suite