Philippe Labro – « Les néonazis recrutent les vétérans américains »

Par Le Point.fr
·1 min de lecture
Philippe Labro dans son bureau.
Philippe Labro dans son bureau.

À quelques jours de l'investiture de Joe Biden, Washington est en état de siège. Jusqu'à 20 000 réservistes de la Garde nationale se déploient dans la capitale fédérale pour assurer la sécurité du poumon de la démocratie américaine. Et la menace est réelle. Le FBI a mis en garde contre des groupes armés menaçant les capitales des États à travers le pays tandis que les néonazis, qui ont soutenu l'insurrection de la semaine passée, appellent à des assassinats ciblés et demandent que les membres de l'armée retournent leur veste. « Le danger est immédiat, alerte Philippe Labro. Pas étonnant dès lors que le Joint Chiefs of Staff (l'état-major des États-Unis), craignant un retournement d'une partie des troupes, ait émis un communiqué destiné à l'ensemble d'entre elles », souligne-t-il.

À LIRE AUSSIÉtats-Unis : et l'appli Parler, refuge des ultraconservateurs, s'est tue

La semaine dernière, Vincent K. Brooks, général quatre étoiles à la retraite et ancien chef des forces américaines en Corée, a été frappé par le nombre apparent de vétérans parmi la foule qui a pris d'assaut le Capitole. « Certains anciens combattants ont rejoint les néonazis », assure l'écrivain avant de conclure : « On n'est pas sortis de l'auberge. Les jours les plus courts seront les jours les plus longs. »