Philippe Labro – L’aventure d’un juré à Cannes

·1 min de lecture
Philippe Labro
Philippe Labro

Le 20 mai 2001, il y a tout juste vingt ans, le jury du Festival de Cannes récompensait d'une palme d'or le film La Chambre du fils du réalisateur italien Nanni Moretti. Membre du jury du festival, Philippe Labro se remémore l'événement. Souvenirs.

Dans deux semaines à peine, la 74e édition du Festival de Cannes (du 6 au 17 juillet) s'ouvrira en grande pompe avec à sa tête le cinéaste américain Spike Lee. Le président du jury aura à ses côtés des jurés majoritairement féminins (cinq femmes et trois hommes) pour départager les vingt-quatre films en compétition. En 2009, déjà, le jury présidé par Isabelle Huppert était majoritairement féminin, tout comme ceux qu'ont dirigés Jane Campion en 2014 et Cate Blanchett en 2018. « Il y a 20 ans, le jury ? présidé par Liv Ullmann, actrice et réalisatrice norvégienne ? comptait déjà quatre femmes et cinq hommes », se félicite l'écrivain.

À LIRE AUSSIMylène Farmer, jurée du 74e Festival de Cannes

Lorsqu'on est membre du jury du rendez-vous cannois, « on entre dans une bulle dont on ressort lessivés », se rappelle Philippe Labro. « On ne pense qu'aux films, on ne parle que de ça et on fait beaucoup de réunions. Le monde, l'actualité, les faits divers, rien n'a plus d'importance à côté de ce que l'on va choisir. Il y a même parfois des moments de psychodrames », se souvient-il. Une aventure humaine hors du commun, toutefois entachée d'un regret pour l'intellectuel. « J'en sors très malheureux parce qu'avec le recul, je pens [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles