Philippe Labro – « La gifle et le cinéma »

·1 min de lecture
Philippe Labro
Philippe Labro

La campagne présidentielle a pris une nouvelle tournure, mardi dernier. En déplacement dans la Drôme, Emmanuel Macron a été la victime d'une gifle portée par un « imbécile » décrit comme proche de l'extrême droite. Un geste qui a fait le tour de France ? certainement même le tour du monde ? et à la portée symbolique très forte qui s'inscrit dans un climat politique délétère et violent.

À LIRE AUSSIMacron giflé : 18 mois de prison requis contre l'auteur présumé

« Cinéaste et cinéphile, je me suis intéressé à ce qu'il se passait dans le cinéma », commence Philippe Labro. « La gifle est un geste profondément français, un moment classique du 7e art que l'on retrouve dans d'innombrables films », poursuit-il. Mais la scène de gifle la plus marquante du cinéma reste certainement celle assénée par Lino Ventura à Isabelle Adjani dans la comédie bien nommée La Gifle (1974) de Claude Pinoteau. Toutefois, pour Philippe Labro : « Le roi de la gifle, c'est Jean Gabin ! » « On se demande même s'il ne demandait pas à ses scénaristes qu'il y ait une scène de gifle », s'amuse-t-il. C'est notamment le cas dans Quai des brumes (1938) ou Touchez pas au grisbi (1954).

À LIRE AUSSIRetour sur quelques gifles célèbres

Enfin, le journaliste, écrivain et réalisateur se souvient d'une gifle dont il n'est « pas très fier » aujourd'hui. « J'ai commis une séquence de gifle dans L'Héritier (1973). Et aujourd'hui, j'en ai presque honte », confie-t-il. Dans le film, Jean-Paul Belmondo assène u [...] Lire la suite