Philippe Labro – « Emmanuel Macron : le poids des mots, le choix des mots »

Par Le Point.fr
·1 min de lecture
Philippe Labro
Philippe Labro

Mercredi, depuis l'Élysée, dans sa huitième allocution depuis le début de la crise sanitaire il y a plus d'un an, Emmanuel Macron a détaillé de nouvelles restrictions pour tout le territoire métropolitain et a notamment annoncé la fermeture des écoles (des crèches aux lycées) pendant trois semaines.

À LIRE AUSSIFermeture des écoles : comment Macron a changé d'avis

« Il aurait pu faire plus court », taquine Philippe Labro. Après être revenu pendant une dizaine de minutes sur les actions menées par son gouvernement depuis le début de la crise et s'être félicité de faire mieux que les pays voisins, le chef d'État a finalement fixé le cap avec un emploi du temps détaillé autour du plan de vaccination. « Il a fait des promesses, présenté un agenda et évité les mots tabous », explique l'écrivain. Reconnaissant pour la première fois avoir « commis des erreurs » dans la gestion de la crise sanitaire, il a également employé un nouveau vocabulaire en évoquant « l'humilité » et la « lassitude » du peuple français.

À LIRE AUSSICovid-19 : ce qu'il faut retenir des annonces d'Emmanuel Macron

Dès lors, le président de la République a tenté de remobiliser le moral de ses compatriotes avec « l'annonce magique » de la réouverture prochaine des terrasses. « Il aurait même pu parler de bistrot et de cinoche ! » s'amuse le journaliste, qui s'attarde également sur son langage du corps. Au regard de ce que traduit son body-language, Emmanuel Macron apparaît déterminé. « Si tous ses [...] Lire la suite