Philippe Jordan fait ses adieux à l’Opéra de Paris avec une "Tétralogie" de Wagner survoltée et un orchestre en très grande forme

franceinfo Culture
·1 min de lecture

Il l’aura eue, sa seconde Tétralogie. Pas exactement comme il l’espérait mais dans une version de concert où orchestre et chef ont fait assaut de talent, avec une distribution globalement juste. En diffusion après Noël sur France Musique.

Une "Tétralogie" à demi sauvée des eaux

La constance, la volonté, triomphent toujours. Résumons l’affaire : Philippe Jordan, qui quitte l’Opéra de Paris pour prendre la direction musicale de celui de Vienne, voulait monter sur deux saisons une nouvelle Tétralogie (la saga wagnérienne de L’anneau des Nibelungen) dans une mise en scène de Calixto Bieto. Au printemps L’or du Rhin et La Walkyrie et cet automne la conclusion : Siegfried et Le crépuscule des dieux qui devait être présenté en novembre. Tout s’est effondré pour les raisons que l’on devine. La mise en scène de Bieto, on la verra en 2023, et ce sera peut-être encore Jordan à la baguette. On n’en est pas là. En attendant, Jordan a sauvé à demi sa Tétralogie en l’enregistrant en version de concert pour diffusion au moment des fêtes.

Nous n’avons pu assister aux quatre soirées mais à deux seulement, celles de L’or du Rhin (le prologue) et Siegfried (la 2e journée selon les indications de Wagner lui-même). Assez pour juger de la qualité du projet et surtout des progrès accomplis par l’orchestre de manière globale, dans la conception de Jordan lui-même (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi