Philippe Gougler (France 5) : "Mes meilleurs moments en dix ans de Trains pas comme les autres"

·1 min de lecture

Philippe Gougler est de ceux dont on aimerait bien se faire un bon copain. Il est relax, accessible, aventurier, toujours entre deux destinations de dingue et a toujours plein d'histoires à raconter de ses voyages au long cours. Il faut dire que depuis dix ans, il est à la tête "Des trains pas comme les autres" (France 5), dont le premier volet de la nouvelle saison (direction la Croatie !) est à découvrir ce jeudi 15 juillet à 21h. Dix ans à trimballer sa chouette bonhommie, son sac à dos et son empathie communicative à travers une soixantaine de pays, forcément ça en fait aussi des souvenirs ! Et si il les a d'abord consignés dans des livres éponymes -"Des trains pas comme les autres - Mes plus beaux voyages" dont le Volume 2 vient de sortir chez Albin Michel-, il a aussi accepté d'en parler à Télé Loisirs. La preuve...

Télé Loisirs. Faut-il aimer le train pour présenter une telle émission ?

Philippe Gougler. Il faut d'abord aimer partir et rencontrer des inconnus. Ensuite, il faut aimer cette façon de voyager : avec une forme de lenteur. A travers "Des trains pas comme les autres", je vais chercher l'âme d'un pays.

TL. Vous rappelez-vous de votre tout premier voyage en train ?

PG. C'est un souvenir d'enfant. Il fait très chaud. On est dans un vieux train vert dont les vitres se descendent avec une manivelle. Je crois qu'on part en vacances. Une chose est sûr, je me sens bien.

TL. Le premier train à vous avoir impressionné ?

PG. Le turbotrain qui était l'ancêtre du TGV. J'accompagnais (...)

Lire la suite sur le site de Télé-Loisirs

Ce rôle que Johnny Hallyday a eu dans la rencontre entre le prince Emmanuel-Philibert de Savoie et son épouse Clotilde Courau
Les princes Harry et William en froid : leur tante Sarah Ferguson tente d'apaiser les tensions
"Que le droit de fermer sa gu**le ?" Un proche d'Emmanuel Macron très en colère !
Thomas Pesquet poste une photo spectaculaire de la France vue depuis l’ISS pour le 14 juillet
Martin Blachier veut la "guerre" contre les anti-vaccins : "Notre ennemi, ce n'est plus le virus, c'est les anti-vax"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles