Philippe Geluck prêt à lâcher l'idée du musée consacré à son Chat à Bruxelles

Vincent Gibert
·Journaliste au HuffPost
·1 min de lecture
Philippe Geluck, ici posant à côté d'une sculpture de son personnage de BD "Le Chat" lors d'une exposition sur les Champs-Élysées à Paris, le 26 mars 2021. (Photo: LUDOVIC MARIN / AFP)
Philippe Geluck, ici posant à côté d'une sculpture de son personnage de BD "Le Chat" lors d'une exposition sur les Champs-Élysées à Paris, le 26 mars 2021. (Photo: LUDOVIC MARIN / AFP)

BELGIQUE - Le monde culturel belge est en ébullition depuis que la ville de Bruxelles a approuvé dans la semaine la construction du musée du Chat, un futur bâtiment de sept étages et 4000 m² au sol dédié en grande partie au personnage de bande dessinée créé par Philippe Geluck.

Les travaux internes seront payés par le dessinateur, mais le financement public d’une partie du prix de 9,38 millions d’euros du bâtiment a été décrit comme une “provocation” par des contestataires, parmi lesquels de nombreux artistes, réunis au sein d’une pétition de plus de 4500 signataires.

Sur le plateau de “C’est pas tous les jours dimanche”, une émission diffusée ce dimanche 2 mai sur la chaîne belge RTL Info, Philippe Geluck s’est dit blessé par la polémique. “Je voudrais aussi préciser que ce musée s’appelle bien ‘Le musée du Chat et du dessin d’humour’”, tient-il à préciser.

Mais il a accepté ensuite de faire un pas de côté, qui pourrait bien sceller le sort de ce musée: “Si on trouve un meilleur usage au bâtiment, je vous le dis publiquement aujourd’hui, je me retire et j’abandonne ce projet avec humilité et avec respect pour tous les autres artistes”.

“Sentiments d’incompréhension et d’inquiétude”

“Nous tenons à vous faire part de nos sentiments d’incompréhension et d’inquiétude, voire de consternation et de révolte, face au projet du musée du Chat qui vise essentiellement à la promotion de l’œuvre de Philippe Geluck”, écrivent les mécontents dans leur pétition.

“Nous sommes des Bruxellois profond&eacut...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.